×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

"En souscrivant à la contribution libératoire, nous avons acheté du temps"

Par L'Economiste | Edition N°:509 Le 18/05/1999 | Partager

Abdelhak Bennani, président du groupe Wafabank

· Stabilisation des marges dans un environnement jugé compétitif

· Bonne rentabilité des fonds propres


Le groupe Wafabank a présenté hier des résultats globalement satisfaisants. Hormis l'impact de la contribution libératoire, le groupe a clôturé l'exercice 1998 avec un résultat consolidé de 346,2 millions de DH contre 321,1 millions en 1997. "En souscrivant à la contribution libératoire, nous avons acheté du temps", souligne M. Abdelhak Bennani, président du groupe Wafabank.
La banque commerciale et Wafa Investissement, elles, ont dégagé un bénéfice de 251,8 millions de DH, soit 72,7% du résultat consolidé du groupe. S'agissant des filiales, Wafasalaf vient en tête avec une contribution de 9,8% au résultat global.
Pour sa part, le PNB, produit net bancaire, a grimpé de 13,44% à 1,86 milliard de DH. La part de Wafabank, qui compte également Wafa Investissement, s'élève à elle seule à 68,6%, soit 1,28 milliard de DH.
Côté performances, le groupe a renforcé sa position au niveau de la gestion collective de l'épargne, dans l'intermédiation en bourse et dans la monétique avec des parts de marché respectives de 31,3, 18 et 20%. Il revendique, en matière de crédit à la consommation et de crédit immobilier (logement économique exclu), la seconde position avec des parts de marché respectives de 18 et 22%.
Pour ce qui est de la banque commerciale, le groupe maintient sa position avec une part de marché de 11,3% pour les dépôts et 13,1% pour les crédits.

"Les fonds propres ont enregistré une bonne rentabilité", souligne les responsables du groupe. Pourtant le ROE a reculé par rapport à 1997 pour la plupart des unités du groupe. A titre d'exemple, il est passé de 13,6 à 13,1% pour la banque commerciale. De même pour Wafagestion qui a vu son ROE reculer à 110,9% au lieu de 168,5% un an auparavant.
Dans un environnement de plus en plus compétitif, les marges d'intermédiation du groupe ont connu une stabilisation. Ainsi, le ratio
intérêts perçus/actif moyen est passé de 9,17% en 1997 à 8,62% en 1998. Quant au ratio marge nette d'intérêts/actif moyen, il a légèrement régressé en s'affichant à 4,73% en 1998 contre 4,84% l'exercice précédent.
Côté perspectives, le groupe envisage d'accroître en 1999 le niveau des encours moyens de dépôts à hauteur de 10%. Même objectif en ce qui concerne l'encours moyen crédits hors créances en souffrance. Ajouter à cela une stabilisation des marges d'intermédiation, une augmentation de la part des revenus hors marge d'intérêts du groupe et une réduction du taux de contentialité de 1 point. Le groupe compte également maintenir le coût du risque à 1,15%.
Autres points saillants de la stratégie de développement du groupe, une évolution contrôlée des coûts de transformation (+6%) et une restructuration du portefeuille de participations.

Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc