×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

La Conservation Foncière prépare son SIG

Par L'Economiste | Edition N°:509 Le 18/05/1999 | Partager

· Un Congrès national sur les systèmes d'informations géographiques pour le 28 mai

· Un Conseil de normalisation des SIG verra prochainement le jour



SIG. Retenez bien ce sigle. Il s'agit des systèmes d'informations géographiques, conçus sous forme numérique et permettant de faire greffer des données socio-économiques sur des cartes géographiques. Cette initiative ambitieuse revient à l'Administration de la Conservation Foncière, du Cadastre et de la Cartographie (ACFCC) en collaboration avec l'Université Al Akhawayn (AUI). Les deux organismes préparent le premier Congrès national "SIGMA 99" prévu pour le 28 mai 1999. Le Congrès aura pour thème "SIG, partenariat et développement" et se déroulera dans l'enceinte de l'Université d'Ifrane. "Notre souci premier est de fédérer l'Administration et tous les opérateurs dans les nouvelles technologies pour mettre à jour ce système", affirme M. Saâd Hassar, directeur général de l'ACFCC. En fait, l'objectif est de discuter des mesures et des actions à engager pour permettre l'émergence de ce projet.
En plus de son souci de vulgarisation de la notion de SIG, le Congrès d'Ifrane sera "une rencontre de mobilisation". "Plusieurs administrations seront appelées à fournir des informations pour alimenter la carte numérique", note M. Hassar. En termes simples, dans ce SIG, l'utilisateur peut trouver des données socio-économiques sur la population de la région, le nombre d'enfants scolarisés, les réseaux d'assainissement, routiers... Les raisons derrière l'alliance ACFCC-AUI ont été aussi explicitées. "Nous disposons d'un arsenal technologique important qui nous permettra de former des utilisateurs à ce système", explique M. Rachid Beklmokhtar, président de l'Université. L'institution est en train de mettre en place un laboratoire pour les systèmes d'informations géographiques. En plus du concours de l'ACFFC, le laboratoire a été réalisé grâce à l'aide de deux autres partenaires. Il servira à la simulation du système élaboré.

Le rôle de l'ACFCC dans la promotion du SIG est jugé important. En plus de la conception de la cartographie de base, la Direction de la Cartographie aura aussi à standardiser et à normaliser les données recueillies auprès des différents départements ministériels. "Toutes les directions doivent avoir les mêmes normes en matière de visualisation spatiale", note M. Hassar. La tâche ne sera pas facile. "La normalisation est une notion nouvelle qui n'existe pas encore dans les administrations", ajoute-t-il avant d'annoncer qu'un Conseil de normalisation des systèmes d'informations géographiques, initié par le Ministère de tutelle, verra prochainement le jour.


Carte numérique


L'ACFCC vient de mettre au monde la première carte topographique numérique du pays. Réalisée en trois mois, cette carte offre un nombre de données spatiales de base sur toutes les régions.
Des cartes thématiques sur les villes sont aussi en cours d'élaboration. Celle de Mohammédia est en finalisation. La différence entre la carte analogique et celle numérique réside surtout dans la dimension artistique de cette dernière. "Le cartographe peut exagérer les points de la carte. La localisation d'un puits dans la région de Casablanca n'est pas aussi importante qu'à Guelmim", explique un cartographe.

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc