×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Qualité: Comment répondre aux attentes du personnel

Par L'Economiste | Edition N°:1536 Le 10/06/2003 | Partager

. Sécurité, stabilité, salaire… Les premières exigences de la motivationL'Association des qualiticiens du Maroc (AQM) a démarré samedi 7 juin une série de rencontres mensuelles s'articulant autour de la démarche qualité. Organisées un samedi par mois, ces rencontres réunissent les praticiens (responsables, consultants, formateurs et auditeurs), les dirigeants d'organismes certifiés ou en cours ainsi que les représentants de fédérations, associations et administrations. Samedi 7 juin, la manifestation a réuni près d'une trentaine de personnes sous le thème “La dimension sociale: un pilier caché de la qualité”. Durant trois heures, les intervenants ont passé en revue les facteurs d'implication du personnel dans la démarche qualité. C'était également l'occasion de faire profiter ceux qui se préparent pour la qualité d'expériences réussies.Le coût de non-qualité représente entre 25 à 30% du chiffre d'affaires, dont 80% sont dûs aux ressources humaines. Cela est à attribuer à l'analphabétisme, stress, manque de compétence, de formation ou encore de motivation, etc. “C'est un manque à gagner pour l'entreprise qui doit impliquer son personnel dans la démarche qualité via des motivations”, indique un participant.Pour Moukit, président de l'association Al Amal, “avant de parler motivation de personnel, il faut répondre à ses attentes”. Ces dernières se déclinent comme suit: sécurité au travail, protection de l'environnement (éviter les odeurs, poussières, etc.), stabilité de l'emploi, ambiance du travail, schéma de carrière et enfin le salaire. “Si déjà nous satisfaisons les attentes de l'employé, nous répondrons à la démarche qualité”, précise Moukit. Les participants ont classé le personnel en deux catégories. D'abord, les cadres et les ouvriers. Les attentes des premiers diffèrent énormément des attentes des seconds. Pour les premiers, il est question de l'encadrement alors que pour les seconds il s'agit des attentes de base. Pour les cadres, motivation rime avec évolution de carrière, formation et en 3e lieu salaire. Alors que pour les ouvriers, motivation est l'équivalent d'augmentation de salaire. Donc, les responsables au sein de la démarche qualité doivent tenir deux discours distincts selon chaque catégorie pour réussir leur démarche.Certains participants insistent sur l'implication du n° 1 de l'entreprise. Il faut que les décideurs “descendent” vers les ouvriers et communiquent davantage avec eux. Cette situation est ressentie dans le secteur industriel où les ouvriers opérateurs représentent entre 70 à 80% du personnel. Un responsable d'une entreprise de fabrication des tapis, Artco, a exposé son expérience en la matière. Pour les ouvriers, la société a divisé le salaire en deux: une partie fixe et une partie variable pour maximiser la production. Ainsi, plus l'opérateur travaille, plus la productivité augmente et il se retrouve à la fin du mois avec un salaire confortable. Notons, toutefois, que l'augmentation de quantité n'entraîne pas directement une amélioration de la qualité. D'où la nécessité d'introduire un facteur qualité dans la définition du salaire (prime qualité).


Développer le sentiment d'appartenance

Les participants ont également insisité sur la notion d'environnement du travail (sécurité, santé, conditions de travail, respect), qui reste un facteur déterminant dans la motivation du personnel. Cependant, il faut développer le sentiment d'appartenance pour que l'employé excelle dans son travail. Reste que la motivation dépend de la culture de chaque entreprise et sa gestion des ressources humaines. Cependant, le grand enjeu des entreprises certifiées est de pouvoir maintenir la motivation même après la certification. Pour la prochaine rencontre, l'AQM a choisi le thème suivant: “La formation ou la qualité d'abord”. Ce rendez-vous devrait se tenir samedi 5 juillet à Casablanca.Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc