×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Qualification des ONG
    Marrakech se prépare à l’opération

    Par L'Economiste | Edition N°:2785 Le 27/05/2008 | Partager

    . Une rencontre régionale pour dévoiler le cahier des charges. 2.000 associations sur le plan national cibléesAPRÈS Fès et Oujda, Marrakech a accueilli samedi dernier une rencontre régionale de démarrage effectif de la qualification des associations. Initiée par le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, cette rencontre a été présidée par Nouzha Skalli, ministre de ce département, avec la participation des représentants des associations. Il s’agit d’un projet commun entre le ministère et le tissu associatif. L’objectif étant de mettre en place une démarche qualité au sein des associations après un diagnostic institutionnel et organisationnel décelant les faiblesses et les points forts. L’idée est aussi d’assurer la transparence au niveau de la gestion des associations. Le processus, qui va durer 3 ans, vise la qualification de 2.000 associations par an, couvrant l’ensemble du territoire national (cf. www.leconomiste.com). Celles-ci seront sélectionnées parmi les associations candidates par une commission de qualification qui veillera sur la mise en place de critères objectifs, affirme Skalli. Notons qu’un travail d’accompagnement est assuré par la suite auprès des associations pour les doter de compétences humaines et managériales, d’outils et de techniques nécessaires pour devenir des acteurs autonomes de développement. En effet, rares sont les associations qui ne sont pas confrontées régulièrement à des problèmes de formation des compétences. Pour Hassan Admour, président de l’association Dmissira à Chichaoua, outre remédier au manque de ressources humaines qualifiées travaillant pour les ONG, il est aussi temps de réglementer le cadre de leur activité (bénévolat, salariés…). C’est aussi l’objectif d’un grand chantier lancé par le Maroc via la création de filières de formation dans le domaine du travail social. Objectif: former 10.000 travailleurs sociaux à l’horizon 2012. Bon nombre d’associations font un travail remarquable et considérable, tient à souligner Skalli. Elles mènent des actions majeures dans le cadre de la prise en charge des enfants de la rue, de formation et d’intégration des jeunes et des personnes handicapées, de lutte contre l’analphabétisme et la pauvreté, notamment par la création des activités génératrices de revenus et le développement social. «Cet essor quantitatif du tissu associatif ne doit pas occulter les insuffisances et les lacunes restant à combler sur le plan qualitatif pour que ce secteur soit à même de contribuer efficacement à l’effort du développement social et humain», ajoute la ministre. Le tissu associatif national est composé de plus de 38.500 associations et gère des fonds considérables accordés par des partenaires locaux ou étrangers. Dans le Haouz par exemple, la société civile est très active. On compte plus de 15.000 associations dans la région.


    Adhésion

    CE processus de qualification est ouvert à toutes les associations en vue d’améliorer l’action associative en se basant sur les principes de bonne gouvernance. L’adhésion à ce processus est un acte volontaire, qui se traduit par la signature de la charte Ethique, et confère à l’association signataire le statut de partenaire privilégié.De notre correspondante,Hanane HASSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc