×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Procès de Rabat: Peu d'avancées sur le dossier Pierre Robert

Par L'Economiste | Edition N°:1599 Le 11/09/2003 | Partager

. Les aveux des membres de son groupe devraient apporter de nouveaux éléments. Bourwaïne, bras droit de l'émir, confirme le plan terroriste La Chambre criminelle près la Cour d'appel devait reprendre l'examen du procès du groupe Pierre Robert hier soir. Au programme figurent les plaidoiries des 32 compagnons de l'émir français. Selon certains avocats commis d'office dans l'affaire, leurs clients comptent dévoiler des informations dites “précieuses” sur Robert et son plan terroriste. La Cour compte beaucoup sur les aveux de ces prévenus pour être fixée sur les vraies intentions du ressortissant français. Celui-ci a été à l'origine du rebondissement dans le dossier en prétendant qu'il était un agent de la DST française. Celle-ci a démenti officiellement l'information. Il a même nié toutes les charges retenues contre lui lors de sa première comparution. D'après les éléments de l'enquête, le nom de Pierre Robert a été cité à plusieurs reprises. Les principaux accusés disent l'avoir reconnu comme émir pour diriger les cellules intégristes de Fès et Tanger. Lundi dernier, les plaidoiries de Nougaoui n'ont pas donné des détails sur l'émir français. Nougaoui a affirmé qu'il le connaissait seulement par l'intermédiaire d'Ahmed Bourwaïne. Selon lui, sa relation avec l'émir est restée superficielle. Vraisemblablement, c'est Bourwaïne qui pourra donner plus d'informations sur l'émir français. Car Robert a résidé dans sa maison pendant plusieurs jours. D'après les éléments de l'enquête, Bourwaïne aurait confié avoir rencontré Pierre Robert pour la première fois en 2002. Ensemble, ils ont organisé des entraînements pour les membres du groupe. De plus, leur objectif consistait à recruter de jeunes Tangérois et des membres de Salafia Jihadia qui sont dans la clandestinité. Le but était de renforcer leur organisation et s'attaquer à des cibles bien déterminées telles que le Casino de Tanger, des personnalités de la Sûreté nationale et des casernes pour voler des munitions. Pour cela, il a reconnu que leur formation a préparé un plan pour les attentats et s'est lancée dans la manipulation des armes et la fabrication d'explosifs.L'autre prévenu qui pourra clarifier les intentions du groupe n'est autre que Hassan Choujaâ. Ce dernier a des liens familiaux avec Bourwaïne et pourra donner des détails sur la relation de son proche avec l'émir français.Les plaidoiries de Khalid El Haddad sont également attendues. Ce dernier a affirmé aux enquêteurs qu'il a fait la connaissance du ressortissant français à “Kifane” près de Fès. C'est dans cette région que le camp d'entraînement des cellules terroristes a été monté et des moyens ont été installés. El Hadad aurait indiqué que le Français Robert s'est occupé de la logistique dans le camp, la condition physique, la manipulation des armes et la fabrication des explosifs. Si ces informations se précisent, la visibilité dans le dossier de Pierre Robert sera plus nette. La question qui se pose est de savoir si les prévenus vont reconnaître les charges retenues contre eux ou les nier en bloc comme l'a fait l'émir français Pierre Robert.


Interrogations

La désignation de l'avocat français de Pierre Robert, Me Vincent Courcelle Labrousse, suscite beaucoup d'interrogations. Malgré les questions répétées, l'avocat français s'est abstenu de répondre. Cet avocat a été commis d'office dans certains dossiers relatifs aux attentats qui ont secoué la France en 1995. Mais cela n'explique pas le reste. Il aurait rencontré l'émir avec qui il a noué des relations amicales. Quant à Me Zahrach Abdelfattah, il insiste sur le fait que c'est Pierre Robert en personne qui lui a proposé de contacter Me Courcelle Labrousse.Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc