×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Pesticides périmés: Une bombe à retardement!

Par L'Economiste | Edition N°:2337 Le 09/08/2006 | Partager

. Un programme financé par la Banque mondiale pour éliminer ces produitsDes stocks de pesticides périmés, au moins 50.000 tonnes, se sont accumulés sur le continent africain au cours des 4 dernières décennies. La part du Maroc de cet héritage «empoisonné» s’élève à environ 700 tonnes localisées sur 225 sites. Il ne s’agit que d’une estimation, car la quantité exacte n’est pas connue. L’inventaire exhaustif sera fait dans le cadre du Programme africain d’élimination des stocks de pesticides périmés (PASP) financé par la Banque mondiale. D’ailleurs, la direction de la protection des végétaux, des contrôles techniques et de la répression des fraudes (DPVCTRF) lance un appel à tous les détenteurs de pesticides périmés à déclarer leurs stocks. Par région, la plus grande quantité des pesticides périmés se trouve à El Hoceïma, talonnée de près par Oujda et Tiznit. Viennent ensuite Chefchaouen et Settat. Des quantités moindres ont été localisées à Tanger, Rabat, Casablanca, Doukkala-Abda-Chaouia, Marrakech, Tadla, Aïn Taoujdate et Fès.Accumulés suite à des achats dépassant les besoins ou des dons lors de période critique (invasions de criquets par exemple), ces produits sont hautement toxiques. Ils comprennent notamment des produits organiques persistants (POPs), qui font l’objet d’une lutte féroce de par le monde (Convention de Stockholm sur les POPs ratifiée par 100 pays dont le Maroc). Selon la définition du FAO, les pesticides périmés sont des pesticides qui ne sont plus utilisés parce qu’ils ont été interdits, détériorés ou endommagés ou dont la date de péremption est dépassée. Souvent stockés dans de mauvaises conditions en plein air ou dans des conteneurs endommagés et dépourvus d’étiquettes, ils constituent un danger permanent, véritable bombe à retardement, pour les populations humaine et animale et pour l’environnement. Selon l’OMS, les pesticides causent, chaque année, accidentellement 20.000 décès et près de 750.000 personnes souffrent de leurs effets principalement dans les pays en développement. D’autant que ceux-ci ne disposent pas de moyens techniques et financiers pour les détruire. C’est pour combler cette lacune que le projet africain relatif aux stocks sur les pesticides périmés (PASP) a été mis en place. Le projet a deux objectifs majeurs. D’une part, éliminer de manière écologique rationnelle ces pesticides périmés et les déchets contaminés par les pesticides à savoir conteneurs et équipement. De l’autre, la mise en place de mesures préventives pour éviter l’accumulation de nouveaux stocks. Le Maroc fait partie des 7 pays retenus pour la première phase du projet, à côté de la Tunisie, l’Afrique du Sud, le Mali, la Tanzanie, l’Ethiopie et le Nigeria. Dans ce cadre, il vient de bénéficier d’une enveloppe de 4 millions de dollars du Fonds pour l’environnement mondial (FEM).K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc