×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Permis de conduire: L’examen sera durci

Par L'Economiste | Edition N°:2274 Le 12/05/2006 | Partager

. La majorité des moniteurs sont analphabètes. L’épreuve sera individualisée afin d’éviter la fraudeLe ministère des Transports prépare un plan national de modernisation. Depuis trois ans, les ouvertures des auto-écoles ont été gelées en attendant l’application du train de mesures du plan de mise à niveau. Pour l’instant, l’examen théorique a été entièrement automatisé, manière de limiter la triche qui décrédibilisait cette épreuve. Pour verrouiller encore le dispositif, l’examen sera individualisé. Il ne sera plus possible à l’examinateur de monnayer les réponses aux apprentis. Mais le taux de réussite au permis de conduire est encore anormalement élevé à cause de la systématisation du bakchich. Le taux moyen consolidé se situe aux alentours de 80-85%. Mais à l’instauration de l’automatisation des épreuves théoriques, ce taux est passé de 98 à 60% pour ces examens. Aujourd’hui, les candidats au permis préparent l’épreuve, ce qui était impensable auparavant. Par son contenu, l’épreuve orale du permis est l’une des plus faciles au monde. Dans quelques mois, il sera intégré une dose de pondération variable selon l’importance de la question. L’examen contiendra des questions éliminatoires que le candidat doit absolument réussir sous peine d’être recalé. Quant à l’examen pratique de la conduite, il n’a pas changé d’un iota. Il est gangrené par la corruption et malheur au candidat qui n’a pas prévu les 200 ou 300 dirhams du moniteur.Par ailleurs, le ministère des Transports prépare l’harmonisation du contenu des enseignements à la conduite. Un programme national sera élaboré de manière à ce que toutes les écoles dispensent le même contenu.. 1.600 moniteurs d’auto-écolesPour prétendre exercer en tant que moniteur, fini l’improvisation. Après promulgation du code de la route (le projet du code devrait être examiné par la prochaine session parlementaire), il faudra remplir des critères de qualification. Parmi les 1.600 moniteurs qui exercent au Maroc, très peu sont vraiment qualifiés. La majorité a appris sur le tas, une population d’analphabètes et qui ne sont pas passés par l’examen d’aptitude. L’objectif de la réforme est de pouvoir intégrer une nouvelle génération de jeunes instruits dans le métier. Il faudra vaincre les résistances, les tenants d’auto-écoles ayant, il y a quelques années, organisé avec succès le boycott des épreuves de qualification. Ils avaient réussi à faire plier les autorités qui avaient du coup renoncé aux sessions d’examen depuis 2001. Au ministère des Transports, on fait savoir que les temps ont changé et que l’autorité de l’Etat et la loi auront le dernier mot.A. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc