×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Peinture: Sonia Ouajjou au “Carrefour du Livre”

    Par L'Economiste | Edition N°:52 Le 05/11/1992 | Partager

    Sonia Ouajjou expose ses oeuvres, peintures et dessins au “Carrefour du Livre”. Des corps nus qui se cherchent et qui laissent une impression de malheur, supportés par de grandes mains protectrices; des peintures naïves, presque enfantines qui évoquent les kasbahs aux murs ocres du Sud marocain, des roches, de petits personnages riches en couleur, L'oeuvre de Sonia Ouajjou offre un autre visage de la peinture marocaine. Une peinture qui dérange les regards pudiques, C'est un mélange de nudisme non agressif et de sensibilité que présente l'artiste dans certains de ses tableaux. Une partie du voile entourant les tabous est déchirée. L'homme et la femme sont reproduits selon leur conception originelle, naturelle, dans des positions presque suggestives qui rappellent la création et l'amour vierge et régénérant. Un esprit saint et insouciant dans des corps d'où jaillit une “sensualité, où les reliefs sont caressés par la couleur, les courbes, les mouvements libres, spontanés dans une enveloppe charnelle” : les nus aux visages réduits dans leur plus simple expression, semblent vivre dans un espace de liberté qui ignore le temps. Les thèmes rappellent aussi les origines de Sonia, à cheval sur les cultures marocaine et allemande. Ils évoquent la tendresse, l'humanité et la nostalgie. Nostalgie qui se traduit par un retour aux sources, le Maroc, et à la nature avec l'évocation du Sud du pays représenté par la couleur ocre des kasbahs et le paysage rocailleux surgissant des bouts d'un pinceau qui retourne vers l'enfance. Un univers fixé par de petits personnages ou marionnettes représentés comme dans un Kaléidoscope. L'oeuvre de Sonia ne semble pas souffrir de sa diversité de culture. Au contraire elle l'enrichit et lui donne cette liberté dans la recherche d'une voie inexplorée par la peinture marocaine. Sonia veut se démarquer de l'hégémonie traditionnelle consignée dans les clichés cartes postales touristiques du style fantasia... médina.

    L'exposition se poursuivra jusqu'au 30 octobre.

    M.C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc