×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pas de répit pour l’inflation!

Par L'Economiste | Edition N°:2387 Le 20/10/2006 | Partager

. 3,2% pour les neuf premiers mois de l’année. Surchauffe ou pas?Le taux d’inflation est encore monté d’un cran. Après les 2,9% de fin juin et juillet et les 3% de fin août, le Haut-commissariat au plan (HCP) annonce pour les neuf premiers mois de 2006 une hausse de l’indice du coût de la vie (ICV) de 3,2%. La rupture du cycle de désinflation de ces dernières années serait-elle en train de se confirmer? En tout cas, l’inflation affichée à fin septembre 2006 est à deux doigts du double de la moyenne des cinq dernières années (1,7%). A part 2002 où elle avait culminé à 3% pour les neuf premiers mois, l’inflation mesurée par l’ICV s’est maintenue en dessous de 1% en 2003 (0,6%) et 2005 (0,8%). L’année précédente, elle s’était rapprochée des 2%. A fin septembre 2006, la voilà donc qui caracole à 3,2%, soit 0,2 point au-dessus des prévisions pour l’ensemble de l’année. La ménagère a dû payer plus cher tous les groupes de produits constituants le panier de l’ICV, en particulier les transports et communications (+10,3%) et les produits alimentaires (+3,6%). Elle a aussi eu droit à une hausse des prix des équipements ménagers (2%) et du logement (1,5%) notamment.Sur les onze villes retenues pour le calcul de l’indice, seules quatre se situent en dessous de la moyenne: Laâyoune (1,9%), Tétouan (2,6%), Meknès (2,8%) et Kénitra (2,9%). En revanche, toutes les autres dépassent la barre des 3%. La flambée des prix s’est fait le plus ressentir à Fès (3,7%), Marrakech (3,4%), Agadir (3,4%) et Tanger (3,3%). Où qu’elle soit donc, la ménagère a fait les frais cette année du renchérissement des prix de détail. Et tel que se présente le marché, elle n’est pas près d’être soulagée.Comment s’annonceront encore les statistiques à l’issue de Ramadan où le porte-monnaie est franchement sollicité? En laissant de côté le fameux débat sur l’inflation perçue et celle que révèlent effectivement les outils statistiques (cf. notre édition du 16 octobre 2006; www.leconomiste.com), faut-il craindre une surchauffe inflationniste? Dans de récentes déclarations à L’Economiste, le gouverneur de la Banque centrale s’est voulu rassurant, écartant tout risque d’accélération de l’inflation. Pourtant, à l’issue de sa dernière réunion trimestrielle, le Conseil de Bank Al-Maghrib avait attiré l’attention sur le rythme élevé des prix, notant que l’ICV ainsi que l’inflation sous-jacente avaient augmenté en moyenne de 3% contre respectivement 0,8 et 1,5% en 2005. Malgré cette escalade des prix, le Centre marocain de conjoncture semble également serein. S’il a cité, lors de sa dernière sortie médiatique en septembre, l’inflation parmi les risques pouvant perturber la croissance, il s’est néanmoins montré plus confiant dans son Bulletin spécial (n° 30 de juillet 2006). Les conjoncturistes du Centre avaient écrit que «la tension inflationniste resterait contenue dans les limites de l’acceptable» (www.leconomiste.com). Qu’est-ce qu’un niveau acceptable dans le contexte économique actuel, où la croissance se consolide? Difficile de répondre. La Banque centrale, elle-même, reconnaît ne pas être en mesure de se fixer un objectif ni même un niveau idéal. En revanche, elle planche sur des outils qui devraient lui permettre une visibilité à moyen terme.En attendant, l’Institut d’émission négocie avec le trop-plein de liquidités du système bancaire, qui peuvent à tout moment exercer une nouvelle pression sur les prix. Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc