×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Opération de lifting complet de la médina

Par L'Economiste | Edition N°:2303 Le 22/06/2006 | Partager

. Réhabilitation du quartier Aïn Azliten et des murailles historiques . 150 millions de dirhams aux travaux de réaménagement La médina de Fès est au centre d’intérêt du Plan de développement régional du tourisme (PDRT) en considération de ses capacités attractives.Pour la médina, le PDRT prévoit outre la réhabilitation du quartier Aïn Azliten et la restauration des murailles historiques, la restauration des fondouks El Barka, l’Achiche et Es-Stawniyine. Ces projets prioritaires relatifs à la valorisation de la médina de Fès ont été soumis à l’appréciation du ministère de l’Intérieur pour la mobilisation des fonds nécessaires à leur réalisation. Le coût global de ces chantiers est estimé à 156,58 millions de DH étalé sur cinq années. Pour Fouad Serrhini, directeur de l’Agence de dédensification et de réhabilitation de la médina, ces projets sont d’une importance capitale pour la relance du tourisme. Situé au nord-ouest de Fès Médina (Fès El Bali), le quartier Aïn Azliten occupe une situation stratégique au sein du tissu historique. De fait, l’existence d’un patrimoine architectural riche et diversifié: monuments historiques, belles demeures, fondouks, mosquées et mausolées, fontaines publiques, avec une riche activité artisanale (tanneries, ateliers de production artisanale, quelques métiers d’artisanat en voie de disparition, unités de commercialisation des produits de l’artisanat, etc.) constituent des potentialités qualifiant ce quartier pour être un lieu d’attraction touristique de premier ordre. Sa réhabilitation consiste en un ensemble d’actions de restauration urbaine visant l’amélioration du bien-être de la population et des touristes ainsi que l’amélioration du paysage urbain.Pour ce qui est des fondouks, leur édification date de l’époque alaouite. Ils sont situés en plein cœur de la médina de Fès. Une opération de «remise en forme serait d’un grand apport pour ces édifices qui ont participé durant plusieurs années au développement de la vie économique de Fès. Actuellement, ces fondouks se trouvent pratiquement en état de ruine à cause du délaissement et des intempéries. Seuls leurs murs porteurs et leurs piliers sont encore dans un état stable. Cette situation constitue aujourd’hui un danger réel pour les constructions riveraines. Mais bientôt, ils auront une nouvelle vie. «Le projet de restauration des fondouks vise un double objectif: la sauvegarde et la restauration du bâtiment des fondouks en tant qu’élément patrimonial; leur réintégration dans le tissu économique et social de la médina en leur affectant une fonction liée à la promotion de l’artisanat», explique Serrhini. Et d’ajouter que le programme de restauration du fondouk El Barka, par exemple, comprend des salles d’exposition, des espaces de vente, une administration et des blocs sanitaires. Les travaux porteront également sur les reprises en sous-œuvre et la consolidation des fondations, la consolidation des structures verticales et horizontales et la restauration des terrasses et des décors et aménagements spécifiques et l’introduction de services et annexes.


Vie nouvelle pour Jnan Sbil

Ce jardin historique de valeur patrimoniale et naturelle exceptionnelle a été aménagé au XVIIIe siècle avant de devenir un jardin public au début du XXe. Etalé sur une superficie de 7,5 hectares, le jardin Jnan Sbil constitue une charnière verdoyante et paysagère entre Fès El Bali et Fès Jdid. Il s’organise autour de l’eau. Les remparts et les borjs du XVIe siècle qui l’entourent lui confèrent une forte monumentalité accentuée par le Mail Central qui s’inspire des ordonnancements arabo-andalous. La pénurie d’eau et l’absence d’entretien ont contribué à la dégradation progressive de la végétation et du système de distribution de l’eau. Consciente de la valeur exceptionnelle de ce patrimoine et de son état de dégradation, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement en partenariat avec la wilaya a initié un ambitieux programme d’aménagement visant sa remise en état et sa réhabilitation. Ce projet consiste à la réintroduction de l’eau et la réhabilitation de l’infrastructure hydraulique. Plantations, infrastructure générale et restauration du bâti. Y. S. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc