×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

OPE BNP: SG et Paribas s'en remettent à la justice

Par L'Economiste | Edition N°:473 Le 30/03/1999 | Partager

Nouveau rebondissement dans le feuilleton BNP et SG/Paribas.
L'affaire est maintenant entre les mains de la Cour d'appel de Paris.
En effet, la SG et Paribas ont déposé vendredi 26 mars un recours déniant les décisions du Conseil des Marchés Financiers (CMF) liées aux offres publiques d'échanges (OPE) de la BNP. Vendredi était le dernier jour possible pour le dépôt d'un recours. Et pour cause: les décisions du CMF peuvent être contestées dans un délai de dix jours. Au-delà, toute protestation est rejetée.
"Le CMF avait déclaré le 16 mars dernier recevables les deux OPE", a déclaré un porte-parole de Paribas. Et d'ajouter: "Les actionnaires ne savent pas ce qu'ils achètent vraiment. C'est contraire aux principes du droit français".
La SG et Paribas, qui préparaient tranquillement leur fusion, ont été désagréablement surpris par l'offre jugée inamicale de la BNP.
Elles estiment qu'une fusion à trois est trop difficile à réaliser.
M. André Lévy-Lang, président de la banque Paribas, a clairement déclaré dans une interview au Financial Times vendredi: "Il y a un sentiment sur le marché que tout cela n'est qu'une comédie qui se terminera par une négociation quelconque. Non, en aucune manière, cette fusion à trois n'aura lieu".
Pour sa part, la BNP rétorque que la France a besoin d'une restructuration rapide de son paysage bancaire et de la création "d'un géant financier capable de concurrencer les plus grandes banques mondiales".
Commentant ces dernières évolutions, un porte-parole de cette banque a remis en cause le plan de fusion de ces deux institutions. "L'initiative de la SG et Paribas montre qu'elles n'ont pas confiance dans leur plan et constitue un signe évident de faiblesse", a-t-il indiqué.
Selon lui, l'orientation sérieuse et positive des offres de la BNP commence à inquiéter la SG et Paribas. "La réaction des marchés n'a pas été celle qu'ils attendaient".
En attendant la décision de la Cour d'Appel, les deux offres de la BNP ont encore du chemin avant d'affronter les jugements des actionnaires.
Elles doivent d'abord recevoir l'aval du CECI (Comité des Etablissements de Crédit et des Entreprises d'Investissement) et celui de la fameuse COB (Commission des Opérations de Bourse). A l'heure où nous mettions sous presse, ce comité tenait une réunion, vraisemblablement consacrée au dossier BNP.

Youssra MAHFOUD (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc