×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Nos mâchoires rétrécissent!

Par L'Economiste | Edition N°:308 Le 11/12/1997 | Partager

De plus en plus de jeunes portent des appareils dentaires. Est-ce une mode ou y a-t-il un phénomène sanitaire derrière? Le Dr Nacer Ouazzani(1) explique.


LA mâchoire de l'espèce humaine a rétréci au fil des siècles!
L'homme préhistorique avait une manière musclée de se nourrir. Il faisait subir à ses mâchoires un grand effort pour mastiquer des aliments généralement durs, crus...
«La zone molaire et celle de l'incision étaient donc assez robustes et les mâchoires très larges», explique le Dr Nacer Ouazzani.

Il faut les arracher!


Avec le progrès, l'homme a appris à transformer ses aliments. Il les chauffait dans un premier temps, puis a commencé carrément à les cuire. Ensuite, il est passé à la cuillère et à la fourchette.
L'évolution biologique et le changement des habitudes alimentaires ont donc conduit à une réduction de la taille de la mâchoire humaine. En effet, «l'alimentation, de plus en plus molle, évite à l'enfant l'effort de mastiquer. Ce comportement alimentaire paresseux empêche les maxillaires d'atteindre la taille normale et de loger les 32 dents qui caractérisent l'espèce humaine», affirme le Dr Ouazzani. Ceci conduit à un encombrement des dents qui finissent par se chevaucher.
Ce problème commence chez l'enfant dès l'âge de 6 ans avec l'apparition de la deuxième molaire de lait. Certains cas d'anomalie de la base osseuse sont héréditaires et peuvent être facilement diagnosti-qués à partir de cet âge.
Mais généralement, le problème d'encombrement n'est perceptible qu'à l'établissement de l'ensemble de la denture permanente, c'est-à-dire entre 10 et 12 ans.
Pour y remédier, les spécialistes commencent par extraire, à l'âge de 7 ou 8 ans, quatre incisives de lait pour pallier le manque de place latérale. Dans certains cas, l'extraction des premières prémo-laires s'avère même nécessaire.

«Jamais les daviers des stomatologistes et des dentistes n'ont extrait autant de dents saines», fait remarquer le Dr Ouazzani.
Le phénomène de la «petite bouche» existe déjà depuis quelques siècles. Mais c'est le développement des sciences odontologiques qui en a révélé l'ampleur.
Il existe également une deuxième tendance évolutive du problème qui pourrait, dans un sens, soulager bien des personnes. Certaines dents, n'ayant plus grande utilité, disparaissent ou ont des difficultés à s'installer. Il s'agit des dents de sagesse. «Nous remarquons une agénésie (absence totale de la dent) chez un sujet sur cent», affirme le Dr Ouazzani.
Dans tous les cas, seul un spécialiste peut déterminer si c'est un problème de contenu ou de contenant et s'il est complexe ou au contraire facile à traiter. «Il existe des cas simples qu'un dentiste généraliste peut traiter facilement et sans risques. Mais à condition qu'il prenne l'avis d'un spécialiste en orthodontie», insiste le Dr Ouazzani. Car il suffit d'une mauvaise interprétation pour que le sujet perde des années et beaucoup d'argent dans un traitement qui ne lui sera d'aucune utilité. «C'est la santé des enfants qui est en jeu», souligne le Dr Ouazzani.

Comment faire?


Le traitement par les appareils orthodontiques et orthopédiques est multiple et diffère d'un cas à l'autre, en fonction de l'anomalie à corriger. Il existe deux sortes d'appareils, les fixes et les amovibles. «Pour les enfants, les appareils fixes sont préférables. Ils donnent un meilleur résultat puisque la coopération de l'enfant et des parents est moins demandée. De plus, ils donnent une meilleure précision technique pour l'obtention d'un alignement correct de la denture», explique le Dr Ouazzani.
La durée du traitement est en moyenne de 2 ou 3 ans. Parfois, un traitement court de quelques mois suffit. Ce ne sont que les cas les plus graves qui nécessitent plus de trois ans de traitement.
Encore une fois, mieux vaut prévenir que guérir. Car avec toutes les finesses que connaissent les cuisines du monde, si nos mâchoires continuent à rétrécir et nos molaires à moins travailler, arrivera un moment où tous les jeunes entre 10 et 20 ans auront de drôles de bouches.

Hanaâ FOULANI

(1) Docteur en chirurgie dentaire, spécialiste en orthopédie dentofaciale et orthodontie clinique DUO le Dr Ouazzani est expert en sciences odontologiques, diplômé de la Faculté de Médecine de Toulouse.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc