×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Caftan 97 joue dans la cour des grands

Par L'Economiste | Edition N°:308 Le 11/12/1997 | Partager

Onze stylistes et treize mannequins se sont partagé la scène de Caftan 97, l'événement créé par Femmes du Maroc. De l'allure, de l'esprit, mais aussi du plaisir... pour un second coup d'essai réussi.


C'était d'abord un grand show: chorégraphie, fumée, décor d'Orient pour l'authenticité de ses matières et la force de ses couleurs, jeux de lumière... tout pour le plaisir des spectateurs présents les 6 et 7 décembre lors de Caftan 97, organisé par notre confrère Femmes du Maroc. La musique enrobait le spectacle et rythmait la démarche ondulante des superbes mannequins. Le must du défilé: le tableau final de robes et caftans blancs pour "éblouir les sens".
"Cet événement a fédéré beaucoup de réactions et l'adhésion des médias internationaux, ce qui est très important pour nous à différents niveaux", souligne d'emblée Mme Aïcha Sakhri, directrice de publication de Femmes du Maroc. L'objectif de Caftan 97, ajoute-t-elle, est de devenir "le rendez-vous international de la haute couture orientale". A la seconde tentative, l'événement semble bien prendre ce chemin. Les promoteurs ont d'ailleurs reçu des demandes d'organiser "Caftan" à l'étranger, notamment dans des pays arabes. De plus, cet événement a permis la conclusion d'un accord entre les onze stylistes présents pour la création d'un syndicat de la haute couture orientale. M. Olivier Lapidus a accepté d'en être le président d'honneur. Si cette association permet d'organiser Caftan dans les autres pays, le Maroc restera le chef de file de l'opération et le rendez-vous annuel et incontournable. Pour les stylistes présents, l'organisation a été l'un des points forts de Caftan 97.

"Ces manifestations nous permettent d'échanger nos expériences pour développer notre créativité". De plus, ajoutent-elles, Caftan 97 a permis de consolider les liens entre elles, contrairement à la première édition où la concurrence primait.
Etincelants, brodés, sobres... les modèles présentés lors du défilé feront de vous Madame La-plus-belle pour aller danser. En tête du tableau d'honneur figurent pour tous les stylistes la passion des couleurs et l'exigence des détails, le raffinement d'un châle ou d'une étole. Après une première tentative l'année dernière, fort applaudie d'ailleurs, Caftan 97 remonte encore d'un cran.
Cette année le Maroc a partagé son estrade avec l'Algérie, la Tunisie, le Liban et la France (Olivier Lapidus, Louis Féraud et Hanaé Mori).
"La tenue traditionnelle se veut plus moderne", s'accordent à dire les différents stylistes. Le décolleté et le sur-mesure sont à l'honneur. Modernité oblige.
"Il faut que la femme soit à l'aise dans sa tenue tout en mettant en exergue ses rondeurs", explique Mme Nassila, représentant l'Algérie à travers ses douze modèles. Ce pays se réveille au son du raï, revêt ses tenues lourdes de broderies dorées et de couleurs éclatantes.

Avec le même nombre de modèles, la Tunisie, de son côté, est représentée par Faouzia Frad dont la maison de couture a bientôt 20 ans. Lors du défilé, elle dénude les bras, les épaules et le nombril. La chanteuse Dalida, "recompilée", mène le rythme des mannequins qui se déhanchent et osent la sensualité. "Les jeunes femmes n'ont plus envie de porter les habits de nos grands-mères", souligne-t-elle. Rien n'oblige la tenue traditionnelle à ne pas suivre l'évolution de l'époque.C'est à l'âge de 14 ans que Papou Lahdou Saadé la Libanaise réalise son premier costume. Pour elle, il ne faut pas "se déguiser en traditionnel. Il suffit d'en garder une touche".
Quant à nos stylistes marocaines (Nezha Alami, Amina Alaoui M'Hammdi, Amina Benzekri Benrahal, Fadéla Berrada et Zhor Raïs), elles ont présenté leurs créations et rivalisé d'originalité: du blanc, du beige, du rouge, du gris, du vaporeux, du volupté, du satin, de la soie... Finis les temps du caftan en "T". Ce dernier a cédé la place à des tenues plus raffinées, traquant chacune le moindre détail. De plus, la longueur des pièces (deux ou trois), superposant plusieurs matières, est différente. Par ailleurs, Mesdames, vous n'êtes plus obligées de porter une ceinture. Des caftans modernes, pour sortir ou recevoir, qui respectent la tradition vous en dispensent.

Meriem OUDGHIRI & Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc