×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Norme NF pour Jacob Delafon

Par L'Economiste | Edition N°:33 Le 11/06/1992 | Partager

Jacob Delafon-Maroc a obtenu une certification AFNOR pour certains de ses produits. C'est, avant toutes choses, un investissement sur les hommes et les compétences, indique l'état major de l'entreprise.

Il y a deux phases dans l'acquisition de la certification: il faut d'abord normaliser et faire certifier le processus de fabrication et ensuite normaliser et faire certifier le produit lui-même. Le processus pour acquérir la certification a duré 24 mois et n'est pas totalement terminé pour certains articles.
L'entreprise calcule qu'en investisssements matériels, la certification n'est revenue qu'à 100.000DH, mais s'y ajoutent des investissements en formation, qualifiés de "beaucoup plus considérables", mais dont le montant n'est pas évalué.

Investissements de formation

Les équipements ont essentiellement consisté dans la création de deux laboratoires sur place pour suivre les points vitaux de la fabrication. S'y sont ajoutés des outillages et adaptation de chaîne, ... "Ils sont relativement réduits parce que l'atelier de Tanger était déjà d'un bon niveau technique puisque les produits étaient capables de porter la marque Jacob Delafon" explique M. Abdelhamid Mimouni, Directeur Commercial et Marketing.
En matière de formation, il s'agit, très classiquement, d'étudier d'où peuvent provenir les problèmes de non-qualité tout au long d'une chaîne de fabrication.
Les investissements dans la formation se situent à plusieurs niveaux. Il y a par exemple, des formations longues de quatre à six mois, parfois auprès des ateliers de Jacob Delafon France: "pendant que les gens sont en formation, on ne peut pas arrêter la fabrication, ce qui représente des charges importantes, en frais, en salaires mais aussi en surcoûts de fabrication car les produits défectueux à éliminer sont plus nombreux". Doivent aussi être considérés comme des investissements de formation les divers moyens de communication internes servant à maintenir l'auto-exigence de qualité, de la part du personnel, à tous les stades de la fabrication. "C'est un investissement à terme, car le taux de rebuts devrait tomber". Sur le plan commercial l'avantage est double: l'export et la commercialisation locale.
M. Abdelhamid Mimouni souligne que la certification AFNOR est une condition pour exporter à travers le réseau international du groupe. Jacob Delafon Maroc peut exporter jusqu'à 40% de sa production. En 1991 l'unité de Tanger a écoulé 15% de sa production dans les circuits du groupe, dont la stratégie commerciale est définie à l'échelle internationale.
"Nous avons choisi la norme NF, parce que Jacob Delafon-Maroc dépend de Jacob Delafon France, que c'est notre marché naturel et que la norme NF est acceptée dans tous les marchés qui en relèvent". Les produits de l'usine de Tanger ne sont pas tous estampillés NF, le sont, les gammes destinées à entrer dans le réseau international.
Pour le marché local, l'entreprise pense que l'avantage commercial est moins net: "seuls nos clients et revendeurs les plus modernes font vraiment valoir le label de garantie" estime M. Mimouni. Une petite campagne publicitaire a cependant été faite pour faire connaître la certification: "on a eu des échos positifs à notre publicité". Les clients plus traditionnels, explique le Directeur Commercial, restent attachés au lieu géographique de fabrication et prennent moins en compte la normalisation. "Dans ces situations, c'est à nous d'expliquer que ce qui compte c'est que le processus de fabrication à Tanger est strictement le même qu'en France".
L'entreprise a cependant eu à essuyer quelques critiques sur sa recherche de certification NF: il lui a été reproché d'avoir choisi une norme étrangère. "Pour prendre une norme marocaine, il aurait fallu qu'elle existe" dit M. Mimouni, en regrettant précisément que "les bonnes volontés pourtant réelles au Maroc", ne parviennent pas à faire aboutir le projet de NM (Normes Marocaines). "En attendant, je crois que c'est une promotion pour l'industrie marocaine que d'avoir l'estampille NF, car cela veut tout simplement dire que la fabrication locale vaut la fabrication en France". Pour lui, il s'agit d'un acquis qui restera valable au cas où des normes marocaines sont mises en place: "nous n'aurons pas à partir de zéro et nous pouvons même participer plus activement à la normalisation au Maroc".

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc