×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Monde arabe: Réforme démocratique, le sujet qui fâche

Par L'Economiste | Edition N°:1765 Le 11/05/2004 | Partager

. Les ministres des pays arabes sont parvenus à une résolution LES ministres arabes des Affaires étrangères ont clôturé hier lundi leur rencontre entamée samedi au Caire, avec un projet sur les réformes démocratiques dans le monde arabe. Un travail qu’ils soumettront au sommet de Tunis. C’est ce qu’a annoncé le ministre algérien des Affaires étrangères. «Nous sommes parvenus à un consensus sur un projet final de réformes politiques qui sera soumis aux chefs d’Etat» lors du sommet qu’ils doivent tenir à Tunis les 22 et 23 mai, a déclaré Abdelaziz Belkhadem. Il a indiqué que ce projet souligne la «nécessité de faire évoluer les systèmes de gouvernement arabes et de renforcer le rôle des associations de la société civile dans le cadre de l’approfondissement de la démocratie». Le projet, qui «prend en considération la spécificité culturelle et religieuse des société arabes», insiste aussi sur «l’indépendance de la justice, les libertés, les droits de l’homme et la place de la femme» dans les pays arabes, a ajouté le ministre algérien.Certaines informations indiquent que les ministres soumettront à leurs chefs d’Etat un projet de résolution, demandant au président américain George W. Bush de respecter ses engagements en faveur d’un «Etat palestinien viable». Mais aussi, un deuxième condamnant l’assassinat de dirigeants palestiniens par Israël.La conférence a été entourée d’une discrétion totale, les organisateurs veillant à verrouiller les informations afin, ont-ils dit, d’empêcher les fuites et «d’éviter toute confusion». Le prochain sommet arabe remplacera celui qui devait se tenir fin mars à Tunis. La Tunisie avait alors brutalement interrompu la préparation de ce sommet en invoquant une décision «souveraine» et de profondes divergences entre les participants, notamment sur les réformes démocratiques qui doivent être conduites dans les pays arabes. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc