×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Mise à niveau: Le système de garantie se met en place

    Par L'Economiste | Edition N°:307 Le 04/12/1997 | Partager

    LES banques et la CCG (Caisse Centrale de Garantie) ont signé, mercredi 3 décembre, au Ministère des Finances, trois conventions relatives à la garantie des prêts accordés aux entreprises. Ces accords ont été conclus d'une part par M. Larbi Bellaha, directeur général de la CCG et de l'autre par les responsables des différentes banques de la place en présence de M. Driss Jettou, ministre des Finances, du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat.
    La première convention porte sur la couverture par la Caisse des crédits accordés pour le financement de l'investissement (création, extension et modernisation) dans tous les secteurs. La seconde, plus spécifique, à trait aux cautionnements des entreprises marocaines au titre des marchés à l'exportation.
    Pour ces deux guichet la CCG se propose à couvrir 50% des crédits octroyés par les banques. Elle s'appuiera sur ses ressources propres et sur la garantie inconditionnelle et illimitée de l'Etat, en particulier pour ce qui a trait à la deuxième convention.

    Quant à la troisième convention, elle concerne essentiellement les PME-PMI. Les engagements couverts concernent directement les crédits de restructuration proposés par les banques pour la mise à niveau des entreprises. A rappeler que le GPBM promet des financements facturés au taux de référence le plus bas (9,25% actuellement) sur une période allant de 5 à 12 ans avec un délai de grâce pouvant aller jusqu'à 3 ans. Ces crédits doivent couvrir au maximum 70% de l'investissement programmé.
    La Caisse doit, selon les accords signés avec les banques, garantir 60% du montant des crédits de restructuration en contrepartie d'une commission de 0,25% payée par l'emprunteur. Pour ce dernier, le taux de sortie sera en définitive de 9,50%.
    En attendant les 30 millions d'Ecus (320 MDH environ), budgettés par l'Union Européenne pour le volet garantie de la mise à niveau, la CCG, pressentie par les pouvoirs publics pour gérer ces ressources, a déjà reçu 100 millions de DH (50 MDH de l'USAID et 50 MDH de dotation budgétaire) pour engager les opérations de mise à niveau. Il est par ailleurs espéré que la prochaine visite de M. Lionnel Jospin, Premier ministre français, au Maroc se traduise entre autres par un apport supplémentaire de la France pour le volet garantie du programme de mise à niveau.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc