×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Médicaments : L'usine d'Iberma démarre en juin

    Par L'Economiste | Edition N°:271 Le 13/03/1997 | Partager

    L'unité de production du laboratoire Iberma sera opérationnelle en juin prochain. Construite pour près de 28 millions de DH, l'usine sera spécialisée dans la fabrication des formes sèches, pâteuses et liquides.


    Le laboratoire pharmaceutique Iberma démarre finalement son unité de production de Had Soualem début juin. Annoncée depuis quatre ans, la concrétisation du projet intervient au moment où le débat sur l'obligation de fabrication bat son plein chez les industriels.
    Dès la création du laboratoire en 1993, les responsables d'Iberma avaient fait part de leur intention de démarrer une activité de production. Le laboratoire s'est occupé dans un premier temps d'importer et de commercialiser des produits et d'en fabriquer en façonnage auprès d'une autre société pharmaceutique.
    M. Abdelilah Lahlou, administrateur délégué du laboratoire, juge ce temps de latence incontournable. Les premiers mois sont, d'après lui, assez révélateurs de l'évolution de la part de marché à laquelle une entreprise peut prétendre. «Cela permet par la suite de définir la taille de l'unité de production que vous voulez construire», explique-t-il. Les travaux de construction, précisément, ne furent réellement entamés qu'en 1995. Au départ, l'unité devait être opérationnelle au bout de 8 à 12 mois. «L'étalement de la durée des travaux correspondait à la volonté des partenaires marocains et espagnols de bien faire. Le délai nous a permis d'établir des plans d'aménagement qui soient les plus conformes aux normes européennes».

    Audits


    Théoriquement, cela devrait être une simple formalité. Car l'usine, en cours de construction, a été auditée deux fois de suite par des inspecteurs européens. M. Lahlou ne cache pas que les résultats des deux audits ont été plus que satisfaisants. Un troisième audit est prévu à l'achèvement des travaux et doit porter sur le volet technologique. Iberma table au finish sur une certification européenne, normes GNP. Ce qui représenterait une passerelle vers les marchés européens.
    La production se limitera dans un premier temps aux formes sèches, pâteuses et liquides.
    Le coût de l'unité est de 28 millions de DH. Un montant équivalent sera consacré à la seconde partie du projet. En effet, il est prévu de faire évoluer la fabrication vers des formes plus techniques: injectables et lyophilisées. A ce niveau, M. Lahlou mise sur un avantage certain: ces produits sont déjà fabriqués par son partenaire étranger, le groupement d'intérêt économique ASAC. Ce qui devrait faciliter le transfert du know-how et de la technologie. Iberma compte sélectionner quelques produits de la gamme ASAC pour les fabriquer localement. La majeure partie de la production sera consacrée à l'exportation.
    Quatre ans après sa création, Iberma emploie de 25 à 30 personnes, des chiffres qui devraient doubler avec le démarrage de l'unité de production. Le laboratoire commercialise pour l'heure trois types de spécialités en comprimés.

    S'agissant du capital social (7 millions de DH), il est détenu à parts égales (32,5%) par la holding espagnole ASAC et des personnes physiques. La holding, dont l'état-major est situé à Alicante, est composée de cinq laboratoires: Alacan Industrias Quimico Farmaceuticas, Laboratorios Smaller, Laboratorios Atache, Especialidades Farma-ceuticas Centrum et International Pharmaceutical Immunology.
    Le reste appartient à la compagnie espagnole de financement et de développement (Cofidés). Là réside l'aspect le plus original du montage financier du laboratoire Iberma. La Cofidés finance les PME des pays en voie de développement à travers des prises de participation sous forme de capital risque pour une durée déterminée, fixée à cinq ans dans le cas d'Iberma. La Cofidés se refinance à hauteur de 70% de sa participation auprès de l'ECIP (European community investment partner), un programme de l'UE. Pour pouvoir prétendre au financement de la Cofidés, le projet doit associer un pays ressortissant de l'UE qui soit l'un des bailleurs de fonds de la Cofidés.
    Outre le Maroc, ASAC dispose de représentations à travers plusieurs pays: Algérie, Brésil, Portugal, Guatémala. Le projet le plus ambitieux du groupe espagnol, auquel il est prévu d'associer Iberma, réside dans le développement des médicaments à base de plantes médicinales.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc