×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Madame et Monsieur au bureau: Des contraintes à gérer

    Par L'Economiste | Edition N°:271 Le 13/03/1997 | Partager

    Le couple au bureau est un véritable casse-tête pour l'entreprise. La gestion des carrières communes et des horaires des conjoints est parfois une source de difficultés.


    Difficile de gérer un couple au sein de l'entreprise. Les contraintes sont telles que les responsables des ressources humaines évitent de recruter le conjoint d'un salarié déjà embauché. Dès que le couple prend naissance au bureau, la perturbation existe, même si les DRH n'en parlent pas. En effet, la mixité de l'environnement professionnel favorise les rencontres. Les managers font alors face à un paradoxe: gérer des problèmes qu'ils sont censés ignorer, notamment lorsqu'il s'agit d'un couple officieux. Il fait l'objet de perpétuelles rumeurs. L'ambiance de travail peut devenir électrique si le couple est en désaccord ou si l'idylle est brisée. «En général, face à la pression de l'entourage professionnel, le couple officialise très vite sa relation», indique M. Lahcen Aounsekt, DRH à Makro, qui connaît une grande mixité de personnel (50% femmes et 50% hommes). Mais dans la situation où le couple s'unit, la gestion des difficultés n'en devient que plus grande. Premier type de problème qui peut se poser: la perte de confiance. «Imaginons un agent de sécurité marié à une caissière. Va-t-il procéder, conformément au règlement de l'entreprise, à la fouille de sa conjointe?».

    Autre exemple avancé: un auditeur interne marié à une opérationnelle qu'il doit contrôler. «Jusqu'à preuve du contraire les managers partent du principe que les gens sont honnêtes», rappelle toutefois le DRH de Makro. La mobilité géographique est également une difficulté à gérer pour l'employeur. Une mutation (poste de responsabilité) est proposée à l'un des membres du couple. Seulement, le conjoint est muté dans une autre région. Deux solutions se présentent alors: soit les époux se séparent momentanément, soit la promotion est refusée. Le couple au sein de l'entreprise peut donc être un frein à l'évolution de carrière de l'un des deux conjoints.
    La gestion du temps chez le couple n'est pas non plus évidente. «Dans le cas de Makro, où le travail est organisé par équipes et les horaires contraignants, il faut avoir une chance inouïe pour que les deux conjoints puissent se trouver dans la même équipe». Par ailleurs, si le couple doit s'absenter pour des raisons personnelles, l'employeur se trouve confronté à deux problèmes.

    Solution: Mutations internes


    La gestion des carrières peut aussi s'avérer épineuse. Si, par exemple, l'un des conjoints est cadre (chef de service), l'autre est un employé relevant d'un autre chef de service. Un conflit opposant ce dernier à l'un des conjoints peut rejaillir sur l'autre. «En règle générale, nous anticipons ces situations en procédant à des mutations internes dans la mesure du possible», précise M. Aounsekt.
    Mais si cette démarche est facile dans une entreprise de 800 salariés, elle reste limitée dans les petites ou moyennes entreprises. En outre, si les époux occupent des postes similaires, il faudrait veiller à ne pas déséquilibrer leur rémunération. La situation est encore plus difficile lorsque l'employeur doit faire face à une réelle rivalité entre les conjoints. Evidemment, les managers réfléchissent à tous ces problèmes. «Nous prévenons le couple dès le départ, souligne M. Aounsekt. Souvent, l'un ou l'autre des deux conjoints, devant des situations ingérables, quitte l'entreprise de son propre chef».

    Mais ce départ ne risquerait-il pas de poser un autre problème pour l'entreprise, notamment si le démissionnaire est engagé par un concurrent, la législation du travail ne prévoyant aucune clause permettant le licenciement pour situation familiale du salarié.
    Mais, dans les grandes structures, les managers prévoient dans le contrat de travail une clause de non-concurrence. «Du reste, lors d'une discussion franche, nous essayons de rappeler au conjoint restant les sanctions auxquelles il s'expose en cas de divulgation d'informations à l'extérieur», soulignent les DRH.
    Dans tous les cas, plus l'entreprise grandit, plus elle a des risques d'être confrontée à l'une des situations citées. Le bureau est le lieu par excellence de rencontres et parfois d'unions. Même en prenant ses précautions, l'entreprise ne pourra pas toujours les éviter.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc