×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marrakech: Cartier Saada se met à la certification

Par L'Economiste | Edition N°:1801 Le 30/06/2004 | Partager

. Cette conserverie d’olives veut gagner plus de parts de marché à l’exportDeux ans après le démarrage de son programme qualité, un industriel de Marrakech, Cartier Saada, vient d’obtenir la certification Iso 9001 (version 2000) depuis 10 jours maintenant. Il sera parmi les premiers dans la cité ocre et dans le secteur de l’industrie agroalimentaire à se certifier. Ses managers ne comptent pas s’en tenir là, puisqu’ils lorgnent la démarche HAACP, toujours dans l’agroalimentaire d’ici fin 2005 pour aller vers la norme plus globale à moyen terme: Iso 14.000. L’entreprise est dans la conserverie de fruits et légumes et s’est attelée à développer son marché au niveau de l’exportation depuis plus de 50 ans. Elle est spécialisée notamment dans les conserves d’olives, d’abricots et pulpes d’agrumes. Si cette certification lui ouvre bien des portes, «l’objectif principal cependant est de sécuriser les procédures afin de satisfaire la clientèle existante», selon ses managers, face notamment aux problèmes actuels en Europe dans la chaîne alimentaire (Dioxine, vache folle…). «Notre stratégie était d’assurer et garantir la traçabilité de la fourche à la fourchette», explique Hassan Debbarh, directeur général adjoint de Cartier Saada. L’industriel s’est fait accompagner dans son processus par le cabinet conseil franco-marocain, basé à Marrakech, Deltha Conclut, avec un plan de formation au personnel. Cartier Saada est un des grands industriels dans l’agroalimentaire dont l’usine de transformation est sise au quartier industriel de Sidi Ghanem à Marrakech sur quelque 25.000 m2. L’usine produit près de 5.000 tonnes de conserves d’olives par an et 2.000 tonnes d’abricots. Sa production est destinée à 90% à l’export. Le marché local ne représente que 10%, et c’est le cas de la majorité des conserveries. A Cartier Saada, le marché local est bien surveillé. «Dans notre stratégie, nous l’avons au premier plan avec des produits haut de gamme. Les mêmes marques proposées à l’export sont commercialisées au Maroc», indique Debbarh. Mais difficile en fait pour des conserveries d’olives de se faire une place dans un marché où la vente en vrac est plus sollicitée, grâce à ses prix plus bas et aussi des habitudes alimentaires. Du reste, l’olive en conserve revient plus chère au consommateur local, puisqu’il faut compter le coût de l’emballage et le conditionnement auquel s’ajoutent les taxes.


Carte de visite

Cartier Saada est né d’une fusion en 1961 de deux industriels voisins séparés par un mur. Ils ont donné jour à une entreprise sous forme de société anonyme au capital aujourd’hui de 20 millions de DH détenu à 67% par des Marocains dont la famille Debbarh et 37% par des Français, la famille Cartier et d’autres actionnaires. L’entreprise a réalisé 46 millions de DH de chiffre d’affaires en 2003 dont 90% à l’étranger. Elle s’est dotée depuis quelque temps d’une plate-forme technologique avec site web interactif pour ses distributeurs et clients. L’entreprise emploie 180 personnes dont quelque 70 ouvriers permanents. De notre correspondante,Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    communica[email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc