×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Marrakech: Bataille électorale pour un siège à la CCIS

Par L'Economiste | Edition N°:1552 Le 02/07/2003 | Partager

. Les 47 conseillers seront élus le 25 juillet pour six ansAlors que le sort de la section locale de la CGEM est pratiquement scellé avec la candidature d'un seul candidat, le rideau est enfin tombé sur l'inscription aux listes électorales de la CCIS. La concurrence est au rendez-vous puisque la Chambre de Commerce de Marrakech coiffe deux provinces et trois préfectures. Depuis l'ouverture des listes le 10 juin, «les partis politiques ont cherché dans la précipitation des candidats à confirmer en tant que tête de liste«, constatent les observateurs. La position privilégiée occupée par le candidat au sein d'une profession et les chances de remporter un siège prévalaient donc sur les autres considérations doctrinales ou idéologiques. Dans ce contexte, quelques individualités indépendantes émergent, usant de leur influence. Elles préfèrent plonger dans la bataille mains nues ou sans cette fameuse «tazkia« d'un quelconque parti, explique-t-on. Des ténors par contre du monde des affaires de Marrakech ont, semble-t-il, préféré tout simplement se retirer de la compétition pour se consacrer aux prochaines élections municipales. Le même scénario se répète chez certains candidats qui voulent constituer eux-mêmes leur propre liste. Ils finissent par se rendre compte que réunir huit sympathisants (collège des services par exemple) n'est pas chose aisée, et abandonnent la partie. Avant les rectifications apportées aux listes en radiations et nouvelles inscriptions entre le 27 juin et le 1er juillet, l'engouement pour cette institution ne paraît vraiment pas dépasser l'intérêt que lui prêtent généralement ses ressortissants. Les inscrits tous collèges confondus (commerce, services, industrie) qui étaient en effet au nombre de 8.926 sont tout juste passés à 10.934. L'industrie reste le parent pauvre de cette mise à jour des listes avec juste 86 nouveaux inscrits, soit 497, devancée par les services avec 829 nouveaux inscrits, soit 2.208 prestataires, et enfin la palme revient au commerce avec 1043 nouveaux inscrits pour atteindre 8.179 commerçants. La taille et l'importance des différents secteurs se reflètent donc au niveau du nombre d'inscrits, faisant ainsi respecter la hiérarchie entre ces différentes activités. La CCIS de Marrakech est en effet composée de 21 membres appartenant au collège du commerce, 14 à celui des services et 12 à l'industrie. Les 47 conseillers seront donc élus le 25 juillet pour six ans. Mais, ils trouveront une institution qui tourne avec un budget de fonctionnement modeste et un budget d'investissement piteux. Ils auront aussi à achever de grands projets lancés par leurs prédécesseurs. Salah BACHIR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc