×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Maroc/Algérie: Même combat

Par L'Economiste | Edition N°:2340 Le 15/08/2006 | Partager

Faouzi Lamdaoui, du haut de ses trente printemps, s’est fixé comme défi de devenir député de la République française en 2007. Fort d’une expérience dans les milieux associatif et politique, il s’apprête à défier un protégé de «Sarko», le député sortant Georges Mothron.Pour s’imposer, il compte s’appuyer sur la logistique du PS mais également sur «le bon sens de la population, car elle aspire à être représentée autrement». En outre, il s’exprime sur les relations entre les ressortissants des communautés marocaine et algérienne, sur son attachement à son pays d’origine l’Algérie.. L’Economiste: Depuis quand date votre engagement politique?- Faouzi Lamdaoui: Je milite au PS depuis 1992 où j’ai occupé différents postes de responsabilité. J’ai été séduit par les valeurs véhiculées par les socialistes, car elles répondent à mes attentes. De surcroît, je dois dire que cette formation m’offre les moyens de m’accomplir sur le plan politique. Je me sens très bien au sein de cette famille politique.. Les émeutes des banlieues ont débuté à Argenteuil. Votre origine algérienne a-t-elle pesé dans la balance pour décrocher l’investiture?- Je suis prêt à défendre les idées de mon parti dans n’importe quelle circonscription. Néanmoins, la direction a estimé que j’ai un rôle à jouer à Argenteuil. Il est vrai que les habitants d’Argenteuil, à l’instar des banlieues dites difficiles, ont besoin d’élus proches de leurs préoccupations. Si je suis élu, j’ai l’intention de lutter contre la précarité et les discriminations qui frappent des quartiers entiers. Je sais d’emblée que la tâche s’annonce rude mais je suis prêt à relever le défi.. Comment se passe la cohabitation entre les communautés marocaine et algérienne?- Les Algériens et les Marocains qui résident en France sont très proches. Cela peut se comprendre dans la mesure où ils sont confrontés aux mêmes difficultés. Les différends politiques entre l’Algérie et le Maroc n’influent que de manière marginale sur les relations entre les ressortissants de ces communautés. De manière générale, les relations entre les deux peuples n’ont jamais été réellement altérées par les rivalités politiques de leurs dirigeants. C’est un facteur encourageant pour l’avenir.. Avez-vous préservé des liens avec votre pays d’origine?- Mes liens avec l’Algérie sont plus d’ordre sentimental que d’ordre politique, pour la simple et bonne raison que c’est mon pays d’origine. Malgré mes activités politiques en France, j’observe avec beaucoup d’attention les évolutions sur la scène maghrébine en général. Ne comptez pas sur moi pour jouer sur les antagonismes entre les deux pays, je trouve cela stérile. En revanche, je me considère comme Franco-Maghrébin et, de fait, je reste convaincu que la construction de l’ensemble maghrébin verra le jour dans un futur proche.Propos recueillis par Rachid HALLAOUY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc