×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Maroc-Canada: De nouvelles perspectives dans la formation continue

Par L'Economiste | Edition N°:626 Le 28/10/1999 | Partager

· Une délégation d'entrepreneurs canadiens, représentant plusieurs secteurs, s'est rendue au Maroc du 17 au 23 octobre
· 21 accords de partenariat
· 141 rendez-vous avec 89 entreprises marocaines


Les membres de la délégation canadienne se frottent les mains, leur séjour a été fructueux. En effet, cette délégation, venue au Maroc pour réaliser des partenariats durables, affirme avoir dépassé ses objectifs. Plus précisément, il y a eu 21 accords de partenariats dont 8 sont censés se réaliser bientôt.
La formation continue s'est taillée la part du lion. «Nous visons un transfert du savoir-faire pour réduire la dépendance du Maroc à l'égard des pays développés», souligne M. Sam Hafid Essamadi, président-directeur général du centre de formation professionnelle «Collège MPI INC». Et d'ajouter que l'objectif de cette mission est d'insister sur le transfert des connaissances et non seulement celui des technologies. En effet, ce dernier type de transfert renforce la dépendance du pays acquéreur vis-à-vis de celui émetteur. «Reste qu'il faut trouver le bon partenaire qui a réellement envie de collaborer et réaliser un partenariat à long terme», observe M. Denis Legault, directeur des Opérations et responsable des Finances au Collège MPI.
Selon lui, cette manière de faire permettra de réduire le chômage, puisque le Collège MPI offre des formations pointues et pour tous les niveaux. D'ailleurs, plusieurs organismes, notamment bancaires, ont manifesté un grand intérêt pour les services proposés par ce centre de formation.
Rappelons que la délégation, qui compte une douzaine de PME-PMI, représente les secteurs de formation continue, de l'informatique, du forage, de la traduction et de l'équipement minier et environnemental. D'après M. Pierre Vaillant, président du Centre de Promotion Internationale Canadien (CPIC), les services proposés par les entreprises canadiennes en matière d'environnement portent essentiellement sur le traitement des eaux usées.

Une autre visite en février


Les membres de cette délégation ont eu 141 rendez-vous entre le 17 et le 23 octobre. Ils ont ainsi rencontré 89 entreprises marocaines. Ces contacts ont été organisés en partie par la Chambre de Commerce, la société Business Travel Center en la personne de M. Chakib Haj Nassar et par le Centre de Promotion Internationale Canadien sous la présidence de M. Vaillant. D'ailleurs, ce sont ces deux institutions qui ont organisé cette mission.
Outre le secteur privé, les participants à cette délégation, dont une bonne partie vient de la région du Nouveau-Brunswick, ont aussi rencontré des décideurs gouvernementaux.
Selon le chef de cette mission, M. Ronald Drisdelle, directeur exécutif du conseil économique du Nouveau-Brunswick, les partenariats avec des entreprises marocaines nous permettront d'accéder au marché européen avec lequel collaborent les sociétés marocaines.
«De toute manière, nous voulions dès le début du concret et non seulement des rencontres de courtoisie», précise M. Chakib Azizi, consultant au CPIC.
La visite de la délégation a été tellement réussie que ses membres ont décidé de revenir au mois de février. Mais cette fois-ci, il y aurait également d'autres secteurs qui seront représentés.
Le chef de la délégation estime que les entrepreneurs marocains devraient eux aussi se déplacer au Canada afin de renforcer le partenariat avec les entreprises du pays. «C'est un grand potentiel à exploiter», ajoute-t-il.


Appui des autorités


Aaprès les membres de la délégation, les différentes autorités ainsi que les ministres qu'ils ont rencontrés, à savoir MM. Khalid Alioua, Ahmed Lahlimi et Habib El Malki, leur ont assuré leur entière collaboration pour renforcer ce type de partenariats. «Ils nous ont bien expliqué que l'époque de la bureaucratie et de la corruption est révolue», explique le chef de la délégation canadienne.

Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc