×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Marché des capitaux
La cote à l’affût des PME

Par L'Economiste | Edition N°:2262 Le 25/04/2006 | Partager

. Des efforts marketing soutenus. Un plan de développement décliné en trois axes«LA Bourse n’est plus un club de grandes entreprises très élitistes comme elle était auparavant», certifie Amine Benabdeslam, président du directoire de la BVC. La place casablancaise ouvre grandes ses portes à l’introduction des PME bien gérées pour dynamiser davantage les transactions. Cette mesure fait partie du plan de développement de la société gestionnaire, et qui s’articule autour de trois axes: l’élargissement de la cote, le renforcement de la liquidité et le développement des produits dérivés. Pour réussir le premier volet de la stratégie, les équipes de Benabdeslam affûtent leurs armes commerciales et marketing à travers des actions ciblées de prospection et de démarchage. La société gestionnaire dispose de listes exhaustives des structures éligibles à la cotation. Les agents de la Bourse se déplacent chez leurs dirigeants pour véhiculer un argumentaire axé sur les taux de financement attractifs et les rendements alléchants qui répondent le mieux aux exigences de financement. D’autant plus que les PME sont plutôt frileuses par rapport au marché. Certaines, parmi elles, craignent toujours la technicité opaque des opérations boursières. Un effort pédagogique important reste toujours à faire. Toutefois, la société gestionnaire est plutôt sélective dans le choix de ses prospects. Elle s’adresse essentiellement aux PME dont le chiffre d’affaires est supérieur à 70 millions de DH. Les sociétés cotables doivent, de surcroît, manifester un intérêt certain pour consommer les prestations du marché et animer les transactions. «Il ne sert à rien d’avoir des poids morts dans la cote, qui ne feront que renforcer l’illiquidité du marché», explique le président du directoire de la Bourse de Casablanca. En attendant, la place casablancaise n’aurait pas à rougir devant certaines bourses émergentes en Europe avec ses 54 sociétés cotées. Elle afficherait les mêmes niveaux de ratios boursiers qu’en Irlande ou en Hongrie, selon Benabdeslam. A l’échelle régionale, la Bourse de Casablanca n’est pas à comparer avec celle du Caire qui compte plus de 700 sociétés cotées, dont très peu de titres traitent régulièrement. La Bourse de Tunis compte, elle, 46 titres qui correspondent à la taille et au contexte de l’économie tunisienne. Le deuxième axe stratégique de développement a été initié l’année dernière après le prolongement des horaires de trading jusqu’à 15h30. Mais la société gestionnaire ne compte pas en rester là. Elle prévoit d’élargir le spectre des valeurs cotées en continu pour qu’elles représentent les deux tiers du marché. Elles passeront de 21 actuellement à 35 après des études de liquidité et de volatilité menées sur des périodes de 6 à 12 mois. Le troisième axe de développement est lié à un chantier-pilote du marché à terme. Ce premier projet n’est qu’une étape introductive. La société gestionnaire ambitionne de diversifier la palette des produits dérivés, d’ici 2010, en fonction de la profondeur du marché. Elle commencera par un produit sur cinq ans avant de lancer un autre sur 10 ans et un troisième sur six mois. La BVC serait ainsi en mesure de sortir du lot des places émergentes et tenir tête aux systèmes boursiers développés.


Mise à niveau informatique

LA société gestionnaire travaille actuellement avec la plate-forme informatique MSC, utilisée également à Euronext (Paris). Pour accompagner le développement des transactions et le lancement du marché à terme, elle basculera vers une version plus développée de ce système (MSC V900). Cette migration permettra la prise en charge de plus de fonctionnalités et assurera la gestion des produits dérivés.Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc