×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

L'ODEP veut se débarrasser des ports de pêche

Par L'Economiste | Edition N°:669 Le 28/12/1999 | Partager

· Le gestionnaire des ports plaide pour un recentrage sur les ports commerciaux
· Le développement de l'ODEP passe par une «liberté financière» et l'abandon des activités déficitaires


«Nous ne sommes pas bons en communication», l'aveu devant les étudiants de l'ISCAE a surpris l'auditoire. La manière dont cet office a géré les grèves au port de Casablanca n'en est qu'une illustration. M. Halab a permis d'ouvrir un peu plus les portes de l'ODEP.
En attendant d'améliorer sa communication, l'ODEP se trouve au centre de la mutation des échanges internationaux du pays. Demain, les barrières tarifaires vont sauter et il faudrait repenser la mission de l'office dans le cadre de l'application de l'accord d'association avec l'UE.
«Il faut redéfinir le rôle de notre établissement», déclare M. Halab. Pour lui, les autorités de tutelles et tous les ministères concernés devraient réagir dans ce sens. L'objectif est de dresser une ligne de conduite pour l'établissement. Mais d'ores et déjà le DG de l'ODEP livre sa vision propre: «Nous devons nous orienter vers une activité strictement commerciale». Au passage, il lance quelques messages au gouvernement: le gestionnaire des ports devrait se débarrasser des «bras cassés». Logiquement, dit-il, l'ODEP devrait être déchargé des ports de pêche. Ces derniers, «légèrement déficitaires», devraient être restitués aux ministères dont relève leur activité (soit le Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, soit directement au Ministère de l'Equipement). L'ODEP s'occuperait dans ce schéma des ports commerciaux. Parallèlement, l'établissement réclame une marge de manoeuvre. Il rejoint en cela la problématique que vivent les établissements publics à caractère commercial et qui disposent d'un fort potentiel de croissance. Il s'agit d'établir des règles permettant de prendre la barre de sa destinée. Pour l'heure, le contrôle financier est effectué a priori. Un projet de loi relatif au contrôle des finances des établissements publics est actuellement à l'étude au Secrétariat Générale du Gouvernement.
Précisons que la contribution de l'ODEP à la Loi de Finances 1999/2000 a été de 155 millions de DH. Il représente en outre un grand collecteur de TVA avec 500 millions de DH par an.
Autre possibilité, l'ouverture du capital de l'ODEP. Ce dernier fait l'objet depuis quelques mois d'une opération d'audit. L'aboutissement de cet audit décidera de l'éventuelle transformation de cet établissement en SA. Du coup, une ouverture du capital de l'ordre de 40 à 50% pourrait être envisagée. Le besoin en infrastructures qui ne manquera pas d'augmenter incite à l'orientation vers cette option. Dans l'un de ses rapports, la Banque Mondiale avait suggéré un autre schéma, celui de la concession au privé de la gestion de tous les ports.


Augmentation de tarif?


L'ODEP aurait-il augmenté ses tarifs? Oui et non. Sur le plan du transit portuaire, les tarifs de manutention sont toujours les mêmes. Depuis mars 1998, la baisse des tarifs a atteint 12%, soutient M. Halab. Parallèlement, une hausse des tarifs d'emmagasinage a été opérée. L'objectif est d'obliger les retardataires à prendre en charge leur marchandise le plus tôt possible.
De même, pour améliorer la qualité des services, l'ODEP a créé une cellule d'audit interne. Celle-ci se compose de cadres de l'établissement qui viennent de ses différents départements. Actuellement, la DG déclare avoir «la prétention de connaître 80% de ce qui se passe dans les ports».

Khalid TRITKI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc