×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les facteurs de non-performance

Par L'Economiste | Edition N°:669 Le 28/12/1999 | Partager

Qu'est-ce qui influe négativement sur la performance d'un lycée? Pour les concepteurs du classement des établissements, ce sont l'appartenance au milieu rural, l'existence de différents niveaux dans un même établissement et le faible encadrement pédagogique.
Ainsi, seuls 3,6% des lycées situés en milieu rural arrivent à se hisser à la première catégorie, constituée par les 84 meilleurs lycées. Cette proportion dépasse les 15% dans la catégorie des moins bons. Ainsi, il ressort que la plupart des établissements les mieux cotés sont situés dans les villes.
Les faibles performances scolaires sont souvent liées à l'existence de différents niveaux dans un même établissement. Plus de la moitié des lycées faiblement notés abritent des classes du deuxième cycle fondamental, alors qu'ils ne représentent que 23% dans la première catégorie (84 lycées les mieux classés).
Les indicateurs d'encadrement pédagogique et administratif peuvent également être déterminants. Il est à noter que ces variables ne figurent pas sur le tableau, car elles ne relèvent pas de la responsabilité des lycées. Leur calcul permet toutefois d'expliquer les résultats de rendement.
Ainsi, le nombre d'élèves peut atteindre 40 par classe pour la troisième catégorie contre moins de 30 élèves pour la première. Paradoxalement, le taux moyen d'utilisation des enseignants ne dépasse pas les 66%. A l'origine de ce faible score, une mauvaise utilisation des plages horaires durant la semaine pour permettre aux enseignants un assouplissement qui s'effectue au détriment des élèves.
Par ailleurs, les 33 lycées de l'enseignement originel n'arrivent pas à récolter de bonnes notes. Deux établissements uniquement figurent dans la première catégorie aux 29ème et 55ème rangs et 20 lycées dans la catégorie moyenne. Quant aux onze autres, ils se placent en dernière position de la catégorie des "moins classés". Le Ministère ne donne pas d'explications précises sur ce faible rendement qui "pourrait être lié à la faible attraction des curricula scolaires ou encore aux méthodes pédagogiques".

Malika EL JOUHARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc