×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    L'ISJ retourne à la formule du cycle normal

    Par L'Economiste | Edition N°:300 Le 16/10/1997 | Partager

    L'Institut Supérieur de Journalisme tire les leçons d'une réforme ratée. Il rétablit le cycle normal et gèle le troisième cycle. Une nouvelle étape s'ouvre pour cette école. Communication et multimédia sont au programme pour offrir des profils correspondant aux besoins du marché.


    L'Institut Supérieur de Journalisme (ISJ) est désormais ouvert aux bacheliers (après concours) pour une formation qui s'étale sur 4 ans. Près de 30 bacheliers ont été admis en cycle normal de l'ISJ pour l'année 1997-98.
    Après une expérience apparemment peu réussie de 8 ans en cycle supérieur où l'entrée à l'ISJ exigeait une licence ou un diplôme équivalent, l'Institut retrouve l'ancienne formule abandonnée en 1988. «Cependant, le cycle supérieur n'est pas supprimé. Nous lui donnons une année d'arrêt pour mieux le mûrir», indique M. Mohamed Lamouri, directeur de l'ISJ.
    La nouvelle formule de l'institut tourne autour de deux axes. D'une part, la culture générale et les méthodes de rédaction d'autre part. L'enseignement de l'économie, du droit et des langues occupera une place importante. Les futurs journalistes suivront des cours d'anglais, d'espagnol, d'allemand et de traduction tout au long de leur cursus universitaire. Ce système permettra à l'étudiant d'avoir une base solide, souligne M. Lamouri. Par ailleurs, l'Institut a inséré dans ses nouveaux programmes des cours de communication «pour former de véritables attachés de presse».

    Formation continue


    La quatrième année de ce nouveau cycle est réservée à la spécialisation: presse écrite ou audiovisuelle. A l'issue de sa formation, l'étudiant devra soutenir un mémoire de fin d'études.
    L'ISJ a adopté depuis sa création un système de contrôle continu auquel s'ajoute un examen général de fin d'année (en mai et en septembre).
    Parallèlement à la formation, les stages dans des entreprises ou organismes de presse sont également présents. Outre ceux effectués tout au long du cursus universitaire, les futurs lauréats devront passer durant leur dernière année au moins deux jours par semaine dans une entreprise.
    Créé en 1977, l'ISJ est un établissement universitaire marocain doté de l'autonomie financière et placé sous la tutelle administrative du Ministère de la Communication. L'Institut a pris la relève du Centre de Formation de Journaliste (CFJ). La formation des cadres rédactionnels des entreprises de presse au Maroc avait connu deux étapes. Ainsi, après l'Indépendance, les professionnels de l'information étaient formés ou recyclés à l'étranger.
    Suite à cette première expérience, le gouvernement a signé une convention en 1969 avec la Fondation Friedrich Naumann (FFN), ONG allemande, dans le domaine de la formation des cadres journalistiques. La gestion du CFJ a été assurée par la Fondation jusqu'en 1974 et ensuite par l'Administration marocaine avec le concours de la FFN. L'ISJ a connu depuis sa création trois formules.

    Multimédia


    Durant la période 1977-1988, il adopté un cycle normal qui s'adresse aux bacheliers. En 1986, l'Institut instaure une autre formule, celle d'un cycle supérieur destiné aux licenciés. Enfin, en 1997 il reprend sa première formule. Durant ses 20 ans d'exercice, l'ISJ a formé quelque 760 étudiants. La MAP, La RTM et plusieurs administrations ont absorbé la majorité de ses lauréats.
    Côté infrastructure, l'ISJ est doté de trois salles de rédaction, deux studios de télévision et radio, un plateau, une régie, une salle de montage et une salle de télécinéma. L'Institut va créer une cellule de multimédia grâce à une convention avec le FNUAP et un site Internet.
    Par ailleurs, l'Institut est ouvert également aux professionnels pour des recyclages. Près de neuf stages de perfectionnement sont prévus cette année avec le syndicat de la presse et la Fondation Friedrich Naumann. D'autres stages à la carte pour les entreprises sont au programme. L'Institut a également lancé un centre de sondage et d'enquête animé par d'anciens lauréats avec la collaboration de Canadiens. Il répondra à la demande des entreprises publiques et privées, espèrent ses promoteurs.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc