×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Libéralisation, la priorité du nouveau DG de l’ONE

Par L'Economiste | Edition N°:2216 Le 17/02/2006 | Partager

ACCÉLÉRER le processus de libéralisation du secteur. Tel est le gros dossier qui attend le nouveau DG de l’Office national d’électricité (ONE). Younés Maamar, qui vient d’être nommé à la tête de l’Office, a donc du pain sur la planche. Il arrive, en effet, à un moment où le secteur s’apprête à franchir le pas de la libéralisation. Annoncé pour janvier 2006, le processus a accusé du retard (cf. www.leconomiste.com) et des opérateurs commencent à s’impatienter. Pour ce chantier, le nouveau DG a le profil idéal: six ans à la Banque mondiale en tant qu’officier d’investissement dans le département Pétrole, de gaz et exploitation de la société de finance internationale. Il a également conduit des opérations comme la réforme du secteur et la restructuration des compagnies pétrolières. Rappelons que le projet de libéralisation prévoit entre autres dispositions la création de deux marchés. Le premier libre sera destiné aux clients industriels. Le second est un marché réglementé qui alimentera la clientèle domestique, les distributeurs et certains clients industriels. Une bourse d’électricité sera créée et régie sous forme d’un service individualisé disposant d’un budget et de comptes propres. La régulation sera renforcée avec la mise en place de l’Agence nationale de régulation de l’électricité (ANRE). Le nouveau DG de l’ONE devra piloter également la transformation de l’Office national de l’électricité (ONE) en SA, avec cinq filiales de production, de gestion des réseaux et d’achats.Autre chantier, qui attend le nouveau patron de l’ONE: le parachèvement du processus d’électrification du pays. Le taux d’électrification rurale (PERG) devrait atteindre 89% à fin 2006, contre 81% actuellement. Autre carte à développer: les énergies renouvelables où le Maroc a accumulé une expérience indéniable. Après la mise en service de la centrale à cycle combiné de Tahaddart, l’ONE continue sur sa lancée avec la signature d’un accord le 26 décembre avec l’Office espagnol Iberdrola. Celui-ci porte sur le développement de parcs éoliens et centrales à cycle combiné au Maroc. L’année 2006 devra aussi voir l’adjudication des marchés de construction du parc éolien de Tanger et la centrale thermo solaire à cycle combiné d’Aïn Beni Mathar.K E. H

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc