×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L'Etat a payé ses arriérés avec de la dette

Par L'Economiste | Edition N°:505 Le 12/05/1999 | Partager

· Les concours des banques à l'économie en progression à fin mars

· Les OPCVM engendrent une progression des liquidités

Les créances sur l'Etat ont dopé la masse monétaire. En une année, cette dernière est passée de 254 millions à 250 milliards de DH à fin mars 1999. Depuis le début de l'année en cours, la masse monétaire a progressé de 2%. Corrélativement, la dette publique a enregistré une hausse de 4,1 milliards de DH (+4,8%). La variation se contracte à 1,5% en année glissante.
D'après la note de Bank Al-Maghrib arrêtée à fin mars, l'augmentation de la dette est liée aux paiements des arriérés de l'Etat au profit des entreprises. Cela a aussi freiné les concours à l'économie pendant les deux premiers mois de l'année.
A fin mars, ces derniers se sont redressés, mais restent en baisse de 0,4% par rapport au début 1999. Inversement, leur variation est positive de 9,2% en glissement annuel. Au terme du mois de mars, ils ont totalisé 175,2 milliards de DH, dont 7,2 milliards ont été accordés par Bank Al-Maghrib. Les banques restent donc très sollicitées. Leurs concours ont atteint 167,9 milliards de DH, en baisse de 518 millions par rapport à leur niveau en décembre 1998. Leur répartition confirme la tendance dominante des crédits à court terme. Ceux-ci se sont établis à 74,1 milliards de DH, cédant ainsi 1,5 milliard depuis décembre 1998. Parallèlement, les crédits à moyen terme ont gagné du terrain. Ils ont totalisé 32,9 milliards de DH, alors qu'ils étaient à 31,2 à fin 98. L'augmentation a concerné les crédits à l'équipement, à l'habitat et le crédit direct à la consommation.
De son côté, le crédit à long terme s'est établi à 31,1 milliards, enregistrant ainsi une légère progression. Il en va de même pour les créances en souffrance qui ont atteint 25,7 milliards de DH. Fléchissement en revanche des avoirs extérieurs nets. Totalisant 42,9 milliards de DH à fin mars 1999, ils sont en baisse de 0,3% par rapport au début de l'exercice. Les réserves de change gérées par Bank Al-Marghrib se sont contractées de 960 millions de DH. Ainsi, les avoirs en devises convertibles se sont chiffrés à 38,8 milliards de DH, les DTS ont reculé de 30 millions en décembre dernier à 21 millions de DH. Les avoirs en devises inconvertibles sont stables à 18 millions de DH.
En revanche, les avoirs extérieurs des banques se sont accrus de 845 millions de DH à 1,16 milliard de DH.
Par ailleurs, les placements liquides continuent leur progression. En trois mois, ils ont réalisé une expansion de 4 milliards de DH (+11,8%) pour s'établir à 38,3 milliards de DH à fin mars. En une année, leur variation est de +38,7%. Cette progression a concerné plus particulièrement les titres émis par les OPCVM obligataires dont l'élargissement a été de 31,3% en trois mois.

Khalid TRITKI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc