×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Les conseils du Centre de l'Entreprise du Maroc : Les étapes de l'étude financière

    Par L'Economiste | Edition N°:155 Le 24/11/1994 | Partager

    Le dossier financier a une importance toute particulière dans le plan d'affaires. Il est destiné à la banque et conditionne le fonctionnement.

    L'analyse financière comporte généralement deux volets, un volet dit économique et un autre purement financier. L'article d'aujourd'hui va traiter uniquement du premier volet; quant au second il constituera l'objet d'une prochaine livraison.

    Au souci d'une bonne présentation, il est judicieux d'ajouter une interrogation légitime sur votre capacité réelle à développer un plan d'affaires "en béton". L'expérience, souvent infructueuse, de plusieurs jeunes promoteurs nous enseigne qu'il est toujours utile, sinon indispensable, de s'adjoindre les services de professionnels du conseil. L'analyse économique vise à dégager, à partir des budgets fonctionnels, effectués dans les parties précédentes du business plan, le résultat de votre activité. Pour une entreprise qui démarre, il s'agira bien entendu des résultats prévisionnels.

    La présentation est faite sous forme de tableaux. La démarche est la suivante:

    commencez d'abord par le tableau des ventes qui estime vos ventes prévisionnelles sur les années à venir (3 à 5 ans en général);

    vous en déduirez les coûts de consommations que va occasionner votre activité toujours sur la période de projection. Il s'agit des coûts des matières premières et de consommables (activité industrielle) et du coût des marchandises si votre activité est commerciale. N'oubliez pas d'y ajouter les emballages, le cas échéant, et la sous-traitance si vous faites effectuer une partie de votre produit par d'autres;

    vous obtiendrez, après la déduction de l'ensemble de ces coûts, vos marges brutes prévisionnelles;

    viennent ensuite, en déduction des marges brutes, les frais de distribution;

    le résultat des déductions précédentes permet de dégager les marges nettes (appelées aussi marges sur coût de distribution).

    En dehors de l'usage de ces marges pour votre business plan, vous remarquerez que leur calcul est très simple et donc qu'elles pourront - et devront - servir dans la gestion courante de vos affaires. Un décideur doit avoir en permanence des informations sur ce qu'il entreprend (notion de tableau de bord) et la connaissance de ses marges fait partie de ces informations.

    le tableau suivant à remplir est celui des charges d'exploitation: il s'agit d'abord des frais de personnel où vous devez faire figurer aussi bien les rémunérations prévues que les charges sociales qui s'y rattachent (soit aux alentours de 17% aujourd'hui); vous recenserez ensuite les impôts et taxes à la charge de votre entreprise; vous ajouterez enfin les autres charges externes engendrées par votre activité telles que l'énergie, les fournitures diverses, l'entretien, les assurances, les frais de déplacement, les frais de téléphone et des autres télécommunications, la publicité et les promotions, les honoraires des différents conseils, les services bancaires...

    vous reporterez l'ensemble des charges dans le tableau des résultats prévisionnels: en déduisant ces charges des marges nettes obtenues auparavant vous obtenez votre résultat brut d'exploitation; de ce premier résultat vous ôterez toutes les charges (ou dotations) d'amortissement et les charges financières pour déterminer votre résultat courant avant impôts; après déduction des impôts sur les résultats vous aurez votre résultat net (ou après impôts).

    le compte de résultat prévisionnel permet de calculer vos aptitudes à financer, par le biais des ressources dégagées par votre exploitation, la totalité ou une part des nouveaux actifs.

    C'est la capacité d'autofinancement. Elle est égale au résultat brut d'exploitation, duquel vous déduisez les charges décaissables, c'est-à-dire les charges financières et les impôts sur les résultats; et auquel vous ajoutez les produits encaissables qui correspondent principalement aux produits financiers.

    En somme, vous aurez à présenter une série de tableaux que nous rappelons ci après: Le tableau des prévisions de ventes; Le tableau des charges prévisionnelles par produits ou articles; Le tableau des charges prévisionnelles; Un tableau des investissements prévisionnels; Un tableau des amortissements prévisionnels; Un tableau de remboursement prévisionnel des emprunts; Un tableau des frais financiers des crédits à Court terme; Un tableau des charges financières prévisionnelles sur emprunt et dettes; Un compte de résultat prévisionnel.

    Au total, cette analyse économique vous servira à vous - et à votre banque bien sûr - pour une évaluation suffisamment précise du potentiel de votre entreprise et donc de la faisabilité de votre projet. Elle est toutefois insuffisante. D'autres investigations plus techniques montreront si ce projet, en lui-même économiquement faisable, est adossé à une bonne structure financière (notamment fonds propres et endettement), s'il permet de dégager de bonnes performances (évaluées par des indicateurs de gestion), si le montage financier que vous aviez prévu est le meilleur possible, et si enfin vous avez bien évalué l'importance de l'apport personnel nécessaire.

    Source: CEM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc