×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le taux de piratage a reculé de 3 points en 2002

Par L'Economiste | Edition N°:1539 Le 13/06/2003 | Partager

. Il a été ramené à 58% au lieu de 61% en 2001. Au niveau mondial, ce taux a baissé de 2 pointsLes derniers chiffres concernant le piratage informatique viennent de tomber. En effet, l'International Planning and Research (IPR) a conduit une étude dans 85 pays pour en suivre l'évolution. Les résultats de cette étude montrent que ce fléau a baissé de deux points à travers le monde en 2002. Comme conséquence à cela, c'est un manque à gagner de 13 milliards de dollars qui est enregistré par les éditeurs. Selon la même étude, le Maroc affiche des résultats satisfaisants. Samir Bennani, porte-parole de BSA (l'association internationale des éditeurs de logiciels) pour l'Afrique du Nord, déclare que “le taux de piratage est passé de 82% en 1994 à 61% en 2001. En 2002, il est descendu à 58%, soit une baisse de 24 points en huit ans”. Bennani explique que les pertes représentent 1 million de dollars de moins par rapport à 2001. A savoir 4,5 millions de dollars contre 5,5 millions en 2001. C'est le résultat de la conjugaison de plusieurs facteurs. En plus des courriers de sensibilisation adressés à plus de 20.000 entreprises, BSA a effectué des visites à plus de 2.500 entreprises (www.leconomiste.com). Les campagnes publicitaires et l'intérêt que portent les médias au piratage ont contribué à l'amélioration de la perception des droits d'auteurs en général et de la mise à niveau des parcs de logiciels en particulier, explique Samir Bennani.Par ailleurs, le Bureau marocain des droits d'auteurs s'est impliqué dans le processus d'éradication du piratage informatique. Depuis au moins deux années, le Bureau a étendu son champ d'action du secteur de la musique et de la vidéo au secteur des nouvelles technologies. Ceci grâce à la création d'une commission permanente interministérielle pour le contrôle des enregistrements audiovisuels et la lutte contre le piratage. D'ailleurs, les autorités ont déjà procédé à des contrôles et saisies, précise l'étude. Les objectifs de BSA pour le Maroc à l'horizon 2005 sont d'atteindre le taux de 48% et même celui de 45%, indique Samir Bennani. L'Association internationale des éditeurs de logiciels a annoncé mardi 3 juin, un taux de piratage mondial de 39% en 2002. Le plus haut taux historique atteint était de 49% en 1994, lors de la première étude.Pour l'Afrique et le Moyen-Orient, c'est une baisse très significative du taux de piratage qui est enregistrée: 31 points, de 80% à 49%. Cette diminution, qualifiée de “régulière” par l'étude, est due à une prise de conscience du problème au sein des entreprises et des gouvernements. La sensibilisation croissante au thème de la gouvernance d'entreprise dans les pays de la région y est pour beaucoup.Houda BENBOUYA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc