×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le Salon International de la Mer ouvre ses portes aujourd'hui

Par L'Economiste | Edition N°:499 Le 04/05/1999 | Partager

· Pas moins de 17 secteurs représentés par 200 exposants, dont 11 étrangers

· Les conserveurs ne sont pas présents en masse


Après quatre ans d'absence, le Salon International de la Mer refait surface. La quatrième édition se tient à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 9 mai à la Foire Internationale de Casablanca.
Ce sont pas moins de 17 secteurs qui sont représentés par les 200 exposants, dont 11 étrangers, lors de ce salon. Il s'agit ainsi du transport maritime, des industries des produits de la mer, de la marine marchande, de la construction navale et du froid industriel notamment. Ce salon connaîtra également la participation du créneau de la plaisance et loisirs de mer.
Intervenant à sept mois de la fin de l'accord de pêche, cette édition est perçue par des professionnels comme l'occasion de révéler toutes les potentialités du secteur pour les "voisins communautaires".
Ces derniers ont d'ailleurs repris, samedi 1er mai, la destination des côtes marocaines, après un repos biologique de deux mois (mars et avril).

Sur les 3.000 m2 du salon, les différents opérateurs présenteront les dernières réalisations techniques, compareront leurs produits et pourront établir des coopérations et des partenariats.
Toutefois, l'enthousiasme ne semble pas de mise chez les conserveurs. En effet, des entreprises opérant dans ce créneau, contactés par L'Economiste, ont fait part du peu d'intérêt qu'ils accordent à ce salon. Et pour cause, son approche commerciale ne serait pas suffisamment "peaufinée". "C'est une règle élémentaire du marketing, un salon doit d'abord répondre aux attentes du marché-cible de ses exposants", indique un industriel. Or, ajoute-t-il, "notre cible est presque exclusivement constituée des destinations à l'export". Aussi ce chef d'entreprise préfère-t-il participer à un salon comme le Sial en France ou encore le Sea-Food à Bruxelles.
Néanmoins, si les entreprises de conserverie n'ont pas répondu en masse au Sea-Mer, l'Unicop (Union Nationale des Industries de la Conserve de Poisson), quant à elle, est bel et bien présente. A ses côtés d'ailleurs, toutes les associations du secteur ainsi que les chambres maritimes. Mais là l'objectif n'est strictement pas commercial. "Notre participation à ce salon est plutôt motivée par des considérations de représentativité", précise M. Majid Joundy, président de l'Unicop.

Hassan BOUCHACHIA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc