×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Le Salon du cadeau Antique centré sur le social

    Par L'Economiste | Edition N°:56 Le 03/12/1992 | Partager

    La cinquième édition du Salon du Cadeau Antique marque un changement d'objectifs : elle intègre le social Organisé par l'Association Nationale des Antiquaires et des Brocanteurs (ANAB), le Salon n'a pas été épargné par la mauvaise conjoncture.

    Le social fait une entrée discrète dans le Salon du Cadeau Antique, alors que le poids de la crise économique pèse lourd sur le secteur.

    "La crise est là, mais nous ne devons pas pour autant croiser les bras", souligne un membre de l'ANAB. Avis partagé par Mme Fouzia Alami, Vice-Présidente de l'Association qui précise : "Cette année nous avons voulu donner à ce Salon un aspect culturel et surtout social"; C'est ainsi qu'un stand a été gratuitement mis à la disposition du Lions International Club Casablanca "Les Iris". Les bénéfices des ventes iront directement à l'Association Marocaine des Enfants Sourds (A.M.E.S).

    Esprit "club"

    Malgré le cadre feutré, reflétant un esprit "club", le Salon n'a pu drainer autant de visiteurs que les précédentes éditions, sinon moins. "La majorité des clients que nous avons reçus sont les personnes qui nous suivent partout et qui sont prêtes à se déplacer jusqu'au marché aux puces Derb Ghallef sous la pluie et dans la boue", commente un exposant.

    Pourtant, l'ambiance mérite le détour. De grands lustres illuminent le Salon et mettent en relief les objets exposés. La propreté, la netteté et l'aménagement des stands marquent le visiteur étranger au monde du meuble antique. A l'entrée, un musée d'art traditionnel et islamique remonte quelques passages de l'histoire du Maroc. Les objets de ce musée sont des collections privées de certains membres de l'ANAB.

    Mitoyen au musée, le stand du Lions Club Casablanca "Les Iris" attire l'attention. Un écran géant diffuse le vécu scolaire des enfants sourds-muets. A l'intérieur, une expo-vente d'articles en soie, en galuchat... est organisée au profit de cette oeuvre sociale.

    Les autres stands sont dominés par les meubles des 18 ème et 19 ème siècles, très recherchés par le public intéressé. L'époque Napoléon III cède le pas à l'Art Déco et au meuble anglais qui connaissent un regain d'intérêt. Indice révélateur de l'évolution des habitudes d'achat des passionnés. Des tableaux à dominance orientaliste et des calligraphies soulèvent moins d'intérêt.

    Promotion du tapis fassi

    L'exposition de tapis fassis retient particulièrement l'attention des visiteurs. "Nous sommes venus pour promouvoir le tapis fassi et sensibiliser le client", explique M. Bouzoubaâ, maître artisan à Fès et membre de l'ANAB. A partir de recherches effectuées sur le tapis rbati, M. Bouzoubaâ a créé près d'un millier de modèles qui lui sont propres, comme il aime à le préciser. Près de 200 sont exposés au Salon.

    L'initiative de mettre au point un tapis fassi à la manière artisanale revient à Haj Mohammed Lazrak, maître artisan, au début des années 60.

    Le tapis fassi se distingue par des motifs floraux accentués et coloriés, et par une technique de serrage plus serrée.

    En effet, alors que le tapis rbati comprend 30 points (30 noeuds) au décimètre, le fassi en comporte 40. "Nous voulons arriver à 50 points au dm, sinon plus. Le tapis fassi est actuellement en mesure de concurrencer le tapis de Salé, de Rabat, de Médiouna et de l'Atlas", ajoute M. Bouzoubaâ.

    Par ailleurs, parallèlement à l'exposition, des animations culturelles, des conférences, des tables rondes, un défilé de costumes anciens, sponsorisé par l'école de stylisme I.I.S.M, ainsi qu'une vente aux enchères étaient au programme.

    Près d'une vingtaine d'articles (offerts gratuitement par les exposants) étaient exposés lors de cette vente et dont les bénéfices devaient être versés à l'A.M.E.S. Cette vente aux enchères a déçu et désespéré les promoteurs.

    Au bout du septième produit, l'animateur, face à un public des plus amorphe, baisse les bras et met fin à la vente. "Celui qui désire acheter quelque chose, les prix sont affichés", conclut-il excédé.

    A.Z. & M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc