×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Le procès de l'émir français reprend aujourd'hui

Par L'Economiste | Edition N°:1598 Le 10/09/2003 | Partager

. Pierre Robert insiste sur son appartenance à la DST française. Nougaoui a fait des révélations sur l'assassinat de Omar BenjellounAprès des hésitations, Pierre Robert a reconnu que son passage au Maroc n'était pas seulement pour se marier mais pour «obtenir des informations sur les groupes islamistes qui utilisent le pays comme une base arrière pour attaquer des cibles en France», lâche-t-il au président de la Cour. Ces propos n'ont pas été convaincants. Pour vérifier, son président Me Bachiri a voulu savoir si le prétendu agent secret avait rédigé des rapports pour le compte de la DST française. L'émir s'est abstenu de répondre en évoquant «le secret défense». A noter que les services de renseignements français ont déjà démenti officiellement les révélations de leur compatriote. Les plaidoiries de l'accusé se sont poursuivies dans la soirée du lundi dernier. Il a nié pratiquement toutes les charges retenues contre lui notamment celle d'avoir fait connaissance avec des figures emblématiques de la Salafia Jihadia ou d'avoir suivi une formation militaire en Afghanistan. Il a récusé être un émir des cellules terroristes de Fès ou Tanger. Le procès reprendra aujourd'hui avec l'examen des 32 autres membres du groupe et les requêtes de fond de la défense.Au cours de l'audience de lundi, un autre accusé a été appelé à la barre. Il s'agit de Mohamed Nougaoui natif de Berkane et âgé de 47 ans. L'accusé a fait des révélations sur l'assassinat de Omar Benjelloun, leader de l'USFP. Il a confié que Abdelkarim Moutiâ était le principal responsable du crime. Ce chef de file de la «Chabiba El Islamia» a ordonné à cinq de ses compagnons de passer à l'acte. Parmi les meurtriers figure Abdelaziz Nouâmani.Selon Nougaoui, les membres de la Chabiba El Islamia avaient voulu liquider Nouâmani. Celui-ci a été exclu d'abord de l'organisation avant d'être assassiné en 1985. Nougaoui a révélé aussi qu'il a été victime d'une tentative d'assassinat manquée en France. Et c'est pour cette raison qu'il a décidé de rentrer au Maroc et rester à l'abri sous de fausses identités durant des années, explique-t-il. Nougaoui a affirmé avoir falsifié ses pièces d'identité sous le nom de Fathi Mohamed. Ce qui lui a permis de rentrer au Maroc et de s'installer à Khémisset puis à Tanger. Et c'est Pierre Robert, dont il a fait connaissance chez un dénommé Bourwaïn, qui l'a dénoncé à la police de Tanger.Concernant les accusations retenues contre lui, le prévenu a reconnu vouloir faire renaître le mouvement des moudjahidines afghans marocains. Et pour le coincer, la Cour, qui disposait de pièces à conviction, a fait le parallèle entre les armes réquisitionnées chez l'accusé et son mouvement.Il s'agit d'un véritable arsenal de guerre: des pistolets, des mitraillettes kalachnikov, des bâtons électriques, des carabines… Il a admis aussi qu'il a été condamné par contumace à perpétuité en 1984 à cause de son appartenance à la mouvance des moudjahidines afghans marocains et la distribution de revues interdites incitant à la violence. Ces publications ont été distribuées avec l'aide de complices dans plusieurs villes, comme Oujda, Berkane, Casablanca et Kénitra, dit-il.Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc