×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le CCDH revoit sa copie

Par L'Economiste | Edition N°:1887 Le 01/11/2004 | Partager

. Le Comité vient d’adopter une nouvelle approche dans l’élaboration de ses rapports. Suite aux nombreuses critiques dont a été l’objet le premier rapportAprès avoir rendu une première copie que les ONG actives dans le domaine des droits de l’homme ont décrite comme «incolore, inodore et sans saveur», le Comité consultatif des droits de l’homme (CCDH) vient de prendre de nouvelles dispositions pour «surmonter les hésitations qui ont accompagné l’élaboration du premier rapport», a expliqué Omar Azziman, président du CCDH à l’ouverture de la 23e session du comité. Et ce, le 29 octobre dernier.Azziman avait d’ailleurs reconnu les imperfections de ce document. «Nous n’estimons pas détenir une quelconque vérité», avait-il déclaré en juin dernier lors de la présentation du premier rapport. Même le timing de la présentation n’a pas été favorable au CCDH. Moins d’une semaine après, Amnesty International s’était fendue d’un véritable réquisitoire sur les dérives qui ont suivi les attentats du 16 mai 2003. Des pratiques largement confirmées dans le rapport de Human Rigths Watch présenté jeudi 21 octobre à Rabat. Ainsi, suite à l’avalanche de critiques dont a fait l’objet le premier rapport et pour remédier aux faiblesses méthodologiques de cette expérience, des propositions ont été formulées dans le sens d’une plus grande fermeté. Toujours est-il, suite à la réunion du 9 septembre dernier, les responsables du comité ont décidé de changer d’approche. «Il continuera à observer et analyser le champ des droits de l’homme dans sa totalité avec l’introduction de nouvelles dimensions économiques, sociales et culturelles. «Le champ de prospection serait donc inchangé et la charpente du plan suivi par le rapport 2003 qui s’appuie sur la classification internationale éventuellement être reconduite», est-il indiqué du côté du CCDH.Il s’agirait d’adopter désormais un regard sélectif qui ne retiendrait que les droits qui ont connu, au cours de l’année, une évolution significative ou un changement sensible soit positivement ou négativement. Ce choix permettrait, selon les responsables du CCDH, de gagner en cohérence. «On éviterait l’aspect compilation et dispersion pour limiter le rapport aux seules questions éligibles qui, par l’hypothèse, ont un sens et une signification», est-il souligné du côté du CCDH. Le rapport gagnerait aussi en pertinence, il s’inscrirait donc dans une dynamique de changement qui donnerait à voir plus clairement les progrès, les obstacles ainsi que les résistances.


Les droits de l’homme à l’école

La mise en place d’un plan national pour la promotion de la culture des droits de l’homme suppose l’implication du ministère de l’Education nationale. «Il s’agit d’un partenariat stratégique dicté par l’importance de l’école», est-il expliqué auprès du CCDH. C’est cette importance qui a présidé, dans le cadre du programme mondial pour l’éducation aux droits de l’homme, nouvellement adopté par les Nations unies (avril 2004), à consacrer la première phase de ce programme (2005-2007) à l’enseignement scolaire. Ce programme passera par la mise en place d’un groupe de travail CDH-MEN et la signature d’une convention de partenariat. S’en suivra, la création d’un mécanisme national chargé de la promotion de la culture des droits de l’homme. Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]conomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc