×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Economie

Le BTP tire l’emploi

Par L'Economiste | Edition N°:3333 Le 04/08/2010 | Partager

. 109.000 nouveaux postes contre une perte de 83.000 dans l’agriculture. Le chômage des diplômés toujours importantLE taux de chômage a atteint 8,2% au deuxième trimestre selon les données du haut-commissariat au Plan (HCP). Ce chiffre est en légère hausse comparé à la même période en 2009 (+ 0,2 point). Toutefois, il a baissé de 1,8 point par rapport au trimestre précédent. Une évolution jugée normale. «Le taux de chômage baisse généralement durant le deuxième trimestre de l’année», explique Ahmed Lahlimi, haut-commissaire au Plan. Durant ce trimestre caractérisé par une reprise des différents secteurs d’activité, l’économie a créé 140.000 emplois nets. Ils sont localisés dans le BTP avec 109.000 nouveaux emplois, soit une hausse de 11,4%. Ce qui confirme la bonne tenue de ce secteur durant ces derniers mois. Les ventes de ciment qui en constituent le principal baromètre de sa «bonne santé» ont enregistré une hausse de 1,4% à fin mai 2010. De leur côté, l’industrie et les services ont créé respectivement 28.000 et 92.000 postes réalisant ainsi des niveaux d’accroissement plus modérés.Seule ombre au tableau, le secteur de «l’agriculture, forêt et pêche» qui a accusé une perte de 83.000 emplois, en baisse de 1,9%. Une situation à mettre sur le compte des intempéries qui ont marqué cette période. De leur côté, les activités «mal désignées» ont accusé une baisse de 6.000 postes.Dans les villes, on enregistre 74.000 nouveaux emplois dans le secteur des «services» et 60.000 dans le BTP. L’on note aussi une baisse de 24.000 postes d’emploi dans «l’agriculture, forêt et pêche» (-7,8%) et de 18.000 postes dans «l’industrie» (-1,7%). Généralement, ce sont les temporaires ou intérimaires qui font les frais des politiques de dégraissage dans les entreprises. Dans l’industrie textile, par exemple, certaines entreprises n’ont pas hésité à le faire et elles ont également recouru à des réductions de temps de travail. En milieu rural, «l’agriculture, forêt et pêche» a enregistré une perte de 59.000 postes (soit -1,4%) contre 6.000 dans les «activités mal désignées». En revanche, tous les autres secteurs ont créé de l’emploi: 49.000 dans les BTP et 46.000 dans «l’industrie y compris l’artisanat», soit des hausses respectives de 14,7 et 20,8%. Dans les «services», 18.000 postes sont également créés. Durant ce deuxième trimestre 2010, la population active âgée de 15 ans et plus est en hausse de 1,6%. Elle s’est établie à 11,628 millions de personnes. Pour sa part, le taux d’activité a baissé de 0,1 point, passant à 50,5% au cours du second trimestre 2010. Au total, la population active au chômage a augmenté de 4,2% au niveau national passant à 949.000 personnes au deuxième trimestre 2010 contre 911.000 à la même période en 2009. Ce qui s’est soldé par l’arrivée de 38.000 chômeurs de plus.La hausse du taux de chômage a concerné aussi bien les villes que les campagnes. Dans les premières, ce taux a pris 0,1 point, s’établissant à 12,7% dépassant ainsi le niveau national de 4,5 points. Ailleurs, il s’est établi à 3,3%. Dans les villes, la hausse la plus importante est enregistrée chez les personnes âgées de 45 ans et plus (+0,6 point). Mais le chômage des jeunes reste toujours important: 31% chez les 15-24 ans et 17,1% chez les 25-34 ans. Idem pour les diplômés dont le taux de chômage dépasse le niveau national de 8,7 points. En milieu rural, toutes les catégories de la population active ont vu leurs taux de chômage augmenter, à l’exception des adultes âgés de 35 à 44 ans dont le taux a connu une baisse de 0,8 point. Les hausses les plus importantes ont été enregistrées chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans (+0,6 point) et de 25 à 34 ans (+0,8 point).


1,2 million de personnes sous employées

LE sous-emploi, un indicateur qui renvoie à une sous-utilisation de la capacité productive de la population employée, est en hausse durant ce deuxième trimestre 2010. Son taux a grimpé à 11,2% contre 9,6% au deuxième trimestre 2009. Il s’est établi à 9,6% dans les villes et 12,8% dans les campagnes. En volume, le sous-emploi concerne 1,2 million de personnes contre 1,017 millions au deuxième trimestre 2009.Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc