×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le boom en Chine, une opportunité pour l’Asie du Sud-Est

    Par L'Economiste | Edition N°:2158 Le 25/11/2005 | Partager

    . Importante chaîne d’approvisionnement avec l’Asean La spectaculaire croissance de la Chine d’environ 9% par an est une formidable opportunité, plus qu’une menace, pour les pays de l’Asean (Asie du Sud-Est), ont assuré des économistes régionaux, lors d’une rencontre tenue jeudi 24 novembre à Manille. «Il y a déjà des signes montrant l’émergence de réseaux de production à l’échelle de l’Asie qui sont emmenés par une chaîne d’approvisionnement industrielle entre l’Asean et la Chine et une chaîne de services entre l’Asean et l’Inde», a déclaré l’économiste en chef de la Banque asiatique de développement (BAD), Ifzal Ali. La Chine est certes une concurrente de taille pour les dix pays de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est mais elle ouvre également ses marchés, offrant ainsi de merveilleuses possibilités à ses voisins. L’Asie du Sud-Est, pourrait également devenir «un pont entre les deux géants en devenir» que sont la Chine et l’Inde, a ajouté Ali. Le boom chinois est allé de pair avec un bond du commerce dans l’ensemble de la région, supérieur à la croissance au sein de l’Amérique du Nord ou de l’Europe. L’étude singapourienne assure que l’Asean continuera à être compétitive par rapport à la Chine, soulignant la présence de nombreuses multinationales qui développent leurs opérations en Asie du Sud-Est afin de diversifier les risques. «Quand on prend en compte les coûts non directement liés à la main-d’oeuvre, la Chine n’est pas aussi bon marché que cela», souligne le document, ajoutant que la concurrence accrue limitait les bénéfices réalisés par de nombreuses sociétés sur place qui gagnent, de ce fait, souvent moins en Chine qu’ailleurs en Asie. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc