×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Italie: Berlusconi affronte sa 5e grève générale

Par L'Economiste | Edition N°:2158 Le 25/11/2005 | Partager

. Des millions protestent contre le budget 2006, jugé inadaptéDes millions de travailleurs italiens cesseront le travail aujourd’hui pour protester contre le projet de budget 2006 jugé «inadapté aux problèmes du pays», lors de la 5e grève générale organisée contre le gouvernement de Silvio Berlusconi depuis son arrivée au pouvoir en 2001.Lancée à l’appel des 3 principales confédérations syndicales italiennes, CGIL (gauche), CISL (catholique) et UIL (modérée), qui revendiquent ensemble plus de 12 millions d’adhérents, la grève générale arrêtera divers secteurs économiques du pays pour des durées variant généralement de quatre à huit heures. Les fonctionnaires de l’administration publique croiseront ainsi les bras pendant toute la journée, et les employés de la santé n’assureront que les services d’urgence. Trois des vingt régions italiennes et plusieurs provinces observeront une grève générale de huit heures, tandis que la majeure partie du pays s’arrêtera pendant quatre heures, y compris dans les transports publics.L’ensemble du collectif budgétaire pour 2006, incluant réduction de dépenses, augmentation de recettes ou réaffectation de crédits, est évalué à 24,5 milliards d’euros par le ministère de l’Economie.Le budget prévoit des coupes notables dans les transferts financiers vers les régions ou les communes, qui assurent d’importants services à la population, mais aussi pour les ministères, les investissements et autres dépenses.L’Italie se trouve dans une situation économique très délicate avec une croissance nulle en 2005, et le gouvernement de Silvio Berlusconi est sous le coup d’une procédure pour déficit excessif, lancée par la Commission européenne, pour avoir laissé le déficit public atteindre 4,3% de son PIB en 2005 et la  dette publique 106% du PIB. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc