×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

L'audit poussé vers la spécialisation

Par L'Economiste | Edition N°:109 Le 23/12/1993 | Partager

La 2ème conférence francophone de l'audit interne s'est tenue à Casablanca les 16 et 17 décembre 1993. Ces deux jours de débats ont mis en lumière les défis actuels de l'audit interne: maîtriser les nouvelles techniques à auditer et résister à la concurrence des nouveaux "outils" d'évaluation.

"L'audit et le changement" constituait le thème de la 2ème conférence francophone de l'audit interne, tenue à Casablanca les 16 et 17 décembre derniers.
L'audit interne, outil de gestion prisé en 1980, se trouve face à plusieurs défis. L'environnement fluctuant, les techniques complexes introduites au sein de l'entreprise et le recours à d'autres outils incitent les professionnels à s'interroger sur leur métier, sa raison d'être, son devenir.

Des techniques à maîtriser

Les entreprises ont été amenées à adopter l'audit interne comme outil d'amélioration de l'efficience des procédures. Oeil externe aux services, interne à l'entreprise, il permet d'assurer l'adéquation entre les procédures, les pratiques et les objectifs. Le "tableau de bord" est devenu le document-bible de toutes les unités structurées. Mais à peine établi, l'audit interne est remis en question -et non en cause- par les "turbulences de l'environnement".

Les systèmes d'information sans cesse renouvelés, les technologies nouvelles, les nouveaux concepts tels que la qualité totale, constituent des mutations auxquelles l'auditeur interne doit s'adapter. Le recours à l'audit externe revient en force. La 2ème conférence francophone de l'audit interne a tenté de répondre à ces diverses questions. Les nouvelles technologies adoptées par les industries imposent une adaptation à double niveau pour l'auditeur interne:

- Dans un premier stade, il doit maîtriser cette technologie. Car nul ne peut contrôler "l'efficience" d'un process qu'il ne maîtrise pas. L'objet de l'audit interne étant de permettre l'évaluation, il doit être à même de juger.

- En second lieu, la complexité grandissante des procédures et techniques justifie le recours massif aux "audits spécifiques".

Audit social, audit informatique ou audit juridique remplacent l'audit d'entreprise. Mais pour la 2ème conférence spécificité n'implique pas "spécialité". Les auditeurs internes refusent une "compartimentation" de leurs compétences. S'ils concluent qu'effectivement l'audit interne est appelé à évoluer pour aboutir aux "domaines spécifiques", ils rejettent toute "chasse gardée". Une telle évolution du métier exige une adaptation des professionnels. Ils sont conscients, si l'on en juge par les recommandations de la conférence, qu'il leur faudra adopter les techniques adéquates à une telle mutation.

Car qualité de prestation et maintien d'un bon niveau de professionnalisme constitueront toujours des exigences des employeurs.

Une "concurrence" nouvelle

L'évolution des méthodes de gestion, en intégrant de nouveaux concepts, risque de "dévaluer" l'audit interne. La qualité totale par exemple, en généralisant la notion de contrôle, risque de "diluer" les prérogatives de l'auditeur interne. Car la qualité totale implique qu'à tous les niveaux de la hiérarchie de l'entreprise l'on s'interroge sur "l'efficience" des procédures en vigueur. Or, c'est là l'un des objets fondamentaux du contrôle interne. Mais les auditeurs ne l'entendent pas ainsi. Ils soutiennent que ces nouvelles démarches ne font que renforcer l'audit interne. Celui-ci n'est plus perçu comme le policier de service mais comme l'homme-orchestre de la recherche de la qualité, cette dernière étant devenue le crédo de toute l'entreprise.

La 2ème conférence francophone de l'audit interne a permis aux participants d'effectuer des échanges d'expériences à ce niveau là. Il en ressort que l'atout du contrôleur interne est son "indépendance" au sein de l'entreprise. En dehors des services concernés, il aura toujours l'avantage de constituer un oeil étranger, donc totalement "objectif". Le recours aux audits externes est revenu à la mode, surtout pour les entreprises publiques, privatisables ou non. Mais paradoxalement, si la conférence relève ce phénomène, elle n'y voit pas un concurrent. Mieux, ces divers audits "concluent à la nécessité de la mise en place d'un audit interne fiable", dit une note de synthèse de la conférence.

Organisée par l'Association Marocaine des Auditeurs et Consultants Internes (AMACI) et l'Union Francophone de l'Audit Interne (UFAI), cette conférence aura donc permis aux auditeurs de faire un tour d'horizon sur leur métier. Venus de 9 pays, ils auront pu confronter leurs expériences, et surtout défricher de nouveaux "terrains".

Les collectivités locales leur apparaissent comme le prochain domaine à conquérir pour leur métier. "Dans le monde francophone, dit la note de synthèse, les collectivités demeurent attachées à un mode de gestion où le souci de conformité aux normes.... l'emporte sur celui de l'efficience". Il s'agirait donc d'un nouveau secteur à investir pour l'audit interne. Un métier qui n'est pas en cours de dévaluation, souligne la conférence.

Jamal BERRAOUI

Vers un prix francophone de l'audit

La 2ème conférence de l'UFAI a centré ses débats autour de 4 axes:
- l'audit face aux mutations de l'environnement,
- l'audit et les nouvelles technologies de l'information,
- pour des outils d'audit plus appropriés,
- l'audit des domaines spécifiques.

Plusieurs questions d'actualité ont été abordées au cours de ces débats, telles que l'audit des entreprises et organismes publics, des collectivités locales, les privatisations, le Nouveau Plan Comptable, la réforme fiscale, les nouvelles technologies de l'information et les nouveaux outils de l'audit interne.

La conférence a aussi élaboré une série de 7 recommandations. Relatives à la vie interne de l'Union Francophone des Auditeurs Internes (UFAI), elles préconisent:

- le renforcement de l'association par de nouvelles adhésions,
- la création de réseaux d'échanges et de transferts de méthodes dans le cadre de la coopération,
- la constitution d'un groupe de travail pour élaborer la charte de l'auditeur interne francophone,
- l'encouragement de la recherche, notamment par la création d'un prix francophone de l'audit interne,
- l'aide au développement de la formation continue au sein des entreprises pour maintenir un niveau élevé de compétence pour les auditeurs internes,
- le développement de relations avec les professionnels de l'audit externe,
- l'appui à la demande d'admission de l'AMACI en tant que membre à part entière du Conseil National de la Comptabilité.

Ces recommandations traduisent un souci de maintien d'une image de marque de l'auditeur interne. Aucune revendication catégorielle n'y suinte! Seule est évidente la volonté d'assurer un certain "prestige".

Qui est l'UFAI ?

L'Union Francophone de l'Audit Interne (UFAI) est une union d'association des pays où la langue française est le langue officielle ou communément employée. Elle a été créée en 1989 sous l'impulsion de l'IFACI (l'Institut Français des Consultants Interne). Les pays représentés actuellement sont: la Belgique, le Canada (le Québec), la Côte d'Ivoire, la France, Madagascar, le Maroc, le Sénégal, la Suisse et la Tunisie. Elle fonctionne sur la base de relations autant bilatérales que mutlilatérales entre ses membres. Elle tend à promouvoir l'audit interne et servir de lien entre ses membres et les organismes internationaux. La présence importante des pays africains leur a permis de "décrocher" les deux premières éditions de cette manifestation. La Tunisie a accueilli en octobre 1990 la première et le Maroc la seconde.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc