×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Lafarge se renforce dans le Nord

Par L'Economiste | Edition N°:2303 Le 22/06/2006 | Partager

. La capacité de l’unité de Tétouan doublée. Une station de broyage à TangerPRÈS de deux milliards de DH vont être investis par Lafarge Ciments dans l’extension de l’usine de Tétouan. L’investissement intéresse aussi la transformation de l’unité de Tanger en une station de broyage moderne. Une convention portant sur la réalisation de cet investissement a été signée, mardi, à Rabat, entre l’Etat et le cimentier (www.leconomiste.com) sous la présidence du Premier ministre, Driss Jettou.Aux termes de cette convention, Lafarge s’engage à doubler la capacité de production de son usine tétouanaise. Une fois l’extension achevée, l’unité sera en mesure de produire, d’ici 2008, deux millions de tonnes de ciment par an. L’extension consiste en l’installation d’une ligne de production clinker, d’ateliers de broyage et de stockage et d’ensachage du ciment.En outre, la transformation de l’usine de Tanger doit permettre la production d’un million de tonnes de ciment par an. Selon Jean-Marie Schmitz, administrateur directeur général de Lafarge Maroc, cet investissement ne fait que confirmer les ambitions de l’entreprise sur le marché marocain. «Un marché auquel nous sommes attachés depuis toujours et sur lequel nous comptons nous développer davantage», dira-t-il à L’Economiste. Même son de cloche auprès d’autres responsables de Lafarge. «Le marché marocain est intéressant et a tendance à se développer de manière rapide. C’est ce qui nous fait présager d’un bel avenir pour le groupe», affirme de son côté Jean Carlos Angulo, vice-président du groupe Lafarge. L’investissement objet de la convention signée avec l’Etat vient, en fait, renforcer la position du cimentier notamment dans la zone Nord. «Nous ne pouvons pas nous situer en dehors de la dynamique que connaît cette région avec l’aménagement du port de Tanger-Med. Bien au contraire, notre ambition est d’accompagner ce développement et être en mesure de répondre à une demande qui devrait connaître une augmentation de deux millions de tonnes par an à l’horizon 2014», souligne Schmitz. Avec ses deux unités (Tétouan et Tanger), Lafarge dit être en mesure d’assurer largement l’approvisionnement de toute la partie nord-ouest du Royaume. Le cimentier n’a pas non plus oublié de s’investir dans la protection de l’environnement. «Une question qui nous tient à cœur et à laquelle nous réservons un budget consistant», indique Schmitz. A rappeler que le montant global des conventions signées entre Lafarge Ciments et l’Etat depuis 2001 a atteint 5,7 milliards de DH. La première, en janvier 2001, portait sur près de 2,3 milliards de DH essentiellement pour la construction de l’usine de Tétouan. La deuxième convention, signée en juin 2005 et d’un montant de 1,5 milliard de DH, a concerné l’extension de l’usine de Bouskoura et l’extension et la modernisation des sites de Meknès, Safi et Tanger.Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc