×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La RAM recevra ses Airbus en novembre
Entretien avec Abdellah Sbai, vice-président des Ventes pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord d'Airbus

Par L'Economiste | Edition N°:1626 Le 20/10/2003 | Partager

A l'occasion de l'implantation du connecteur français Souriau à Tanger, Airbus affiche une ferme détermination à appuyer les délocalisations de ses sous-traitants au Maroc.. L'Economiste: Un deuxième fournisseur d'Airbus s'installe à Tanger. Est-ce que cette ville se transforme en hub pour les équipementiers aériens d'Airbus?- Abdellah Sbai: Certains de nos sous-traitants viennent s'installer au Maroc pour la qualité et le sérieux du personnel. Il y a aussi de grandes capacités d'apprentissage et d'adaptation. En outre, à la TFZ les conditions sont favorables aux investisseurs. Nous avons actuellement un carnet de commandes de 1.500 appareils à livrer dans le futur. Ceci représente une quantité de travail de sous-traitance très importante dont le Maroc pourrait en partie bénéficier. . Les sous-traitants installés au Maroc constituent-ils des exemples à suivre? - L'implantation constitue une responsabilité du sous-traitant. Mais les solutions préconisées doivent convenir à l'acheteur qui est Airbus. Or, Airbus approuve aujourd'hui totalement la sous-traitance au Maroc, suite à des contrôles de qualité très stricts. Dans nos métiers, il n'y a pas droit à l'erreur. Qualité et sécurité sont les maîtres mots.. Avec les prévisions de 10 millions de touristes au Maroc, comment l'aérien doit-il suivre? - Si on part de l'objectif des dix millions de touristes, et si on fait un calcul en décomposant les besoins, on peut estimer la part des compagnies étrangères et celle des transporteurs marocains et en déduire le nombre d'avions. On estime que pour atteindre l'objectif, il faudra tripler la capacité actuelle en nombre de sièges des transporteurs marocains. . Serait-il intéressant pour le Maroc de s'associer à des compagnies Low Cost?- Je pense qu'il y a des études en cours au niveau des ministères du Transport et du Tourisme. Seule une étude globale concernant l'ensemble des opérateurs pourrait apporter une réponse à cette question. . Dans ce cas, quelle serait votre réponse en tant qu'avionneur? -Nous répondons présent avec notre gamme d'avions très adaptée aux compagnies Low Cost. La preuve en est Easy Jet, qui a pris commande pour 120 Airbus A 319 pour desservir son réseau. . Que dire de la commande de la RAM des 4 Airbus A 321?- En juin 2001, la RAM avait commandé 4 Airbus A 321 dont deux vont être livrés dès le mois prochain. Ils vont être exploités sur une ligne capitale pour la RAM, Casa-Paris. Opter pour Airbus constitue sans doute pour Royal Air Maroc une ouverture sur un deuxième constructeur qui amène des avantages compétitifs. Je pense aussi que nous répondons à un segment dont a besoin la compagnie. L'appareil dont il est question, A 321, est celui qui a le coût au siège le plus bas de sa catégorie, son choix n'a pas été fait au hasard. C'est également l'appareil de prédilection des compagnies opérant dans des marchés touristiques.. Comment se porte le marché aérien en Afrique du Nord? L'euphorie du Moyen-Orient pourrait-elle s'y propager?- Il est vrai qu'il y a une certaine euphorie et ce, malgré la guerre en Irak et le SARS. Nous nous attendions à une crise dans le transport aérien. Malgré cela, il y a eu une explosion du trafic aérien, notamment dans le Golfe et la région du Moyen-Orient. A noter aussi que les compagnies de l'Afrique du Nord ont enregistré une évolution importante du trafic cet été, qui a l'air de se maintenir. Nous sommes constructeurs d'avions civils allant de 100 à 555 places. Je pense que nos appareils répondent exactement aux besoins des compagnies aériennes dans les différents segments.. Cette évolution pourrait-elle se traduire par des commandes fermes?- Il faut savoir que les compagnies commandent suite à une étude de leurs besoins et en prévision d'activités futures. Ce n'est pas une bonne saison qui va influencer, en fait, le cycle est un peu plus long. Dans tous les cas, il faut savoir qu'en Afrique du Nord, Air Algérie a déjà lancé un appel d'offres pour le renouvellement d'une partie de sa flotte et que Royal Air Maroc recevra ses deux premiers A 321 au cours de ce mois de novembre. . Comment expliquer l'état des commandes d'Airbus? - Je pense que les compagnies qui ont commandé cette année, notamment au Bourget, ont des prévisions pour le futur. On parle ici de livraisons en 2006, 2008 et au-delà. C'est le cas de Qatar Airways et d'Emirates (21 A 380 pour cette dernière). Les commandes qu'ont effectuées ces compagnies correspondent à leurs prévisions de croissance et d'expansion.


Parcours

Docteur en aérodynamique de l'Ecole nationale d'aéronautique de Toulouse, Abdellah Sbai est né à Fès en 1959. Il est depuis juillet 2003 vice-président des ventes d'Airbus pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Il a rejoint le géant européen en 1990 après 2 années passées à la RAM en tant qu'attaché de direction.Propos recueillis par Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc