×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La qualité, toujours levier de croissance

Par L'Economiste | Edition N°:3432 Le 27/12/2010 | Partager

. Elaboration d’un répertoire des entreprises distinguées. L’AQM célèbre son 10e anniversaire La qualité, c’est comme le bonheur, on n’en a jamais assez. Pour nombre d’entreprises, la démarche qualité s’est révélée une nécessité incontournable. Ainsi, les 23 et 24 décembre, sous le thème «Ambition, compétitivité, développement: leviers de la croissance durable», se sont tenues les 3es Assises nationales du management et de l’excellence organisées par l’Association de la qualité et du management (AQM) à Casablanca. En fait, l’association qui milite pour la qualité fête aussi ses 10 ans d’existence. Le moment fort de cet événement a été sans doute la remise du prix du qualiticien 2010. Pour ces troisièmes assises, les membres du jury, composé du comité directeur de l’AQM et des anciens lauréats, ont désigné à l’unanimité Azelarab El Harti, en sa qualité de directeur général de Centrelec. Cette entreprise est spécialisée dans la distribution des produits et solutions en automatisme industriel, électrotechnique et électronique de puissance. Lors de la conférence plénière des assises, les nombreux professionnels présents ont largement débattu des moteurs de croissance et de l’apport de la labellisation dans le processus qualité de l’entreprise. Ils sont venus du monde de la finance, de l’industrie, et aussi de la CGEM et d’autres associations professionnelles. Pour rappel, à ce jour, 31 entreprises ont été accréditées du label RSE (Responsabilité sociale des entreprises) par le biais de la CGEM. Cela veut-il dire que l’on a pris le bon chemin de la qualité au Maroc? Pas tout à fait puisque le plus gros reste à faire. «Si une entreprise ne dispose pas d’un certain label, elle ne peut pas accéder à beaucoup de marchés, surtout européens», explique Hassan Maa, président de l’Association des bureaux de conseil et de formation (ABCF). Cette contrainte de certification et de respect des normes est le propre des grands marchés conservateurs contrairement aux marchés africains qui ont d’autres modes de fonctionnement. Que ce soit Iso, RSE ou d’autres, cette tendance à la certification est, malheureusement, devenue plutôt un effet de mode et non une garantie de performance et de croissance durable. «La capacité à exporter et la compétitivité sont une plus grande reconnaissance de la performance que les labels», déclare Adel Benhayoun, directeur général du pôle ressources de Delta Holding. Certaines structures, comme Attijariwafa bank, développent leurs propres démarches qualité. «Nous ne nous contentons pas de l’application de normes standardisées, mais nous partons du client pour connaître ses attentes et mettre en place le processus qualité adapté», souligne Salima Ayouche, directrice qualité du groupe Attijariwafa bank. Il est évident que l’on veut aller loin dans la démarche qualité. Aussi, Mohammed Ghorfi, président de l’AQM, a annoncé la mise en place d’un répertoire des entreprises nationales distinguées. Que ce soit par un label, une certification ou une reconnaissance, cette nouveauté a pour objectif principal de mettre en confiance les investisseurs étrangers. Ilham BOUMNADE & J.E.H

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc