×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La Chine refuse toute pression étrangère sur le yuan

    Par L'Economiste | Edition N°:2022 Le 17/05/2005 | Partager

    . Les USA menacent d’imposer des droits de douane punitifs . La fragilité du système bancaire chinois retarde la convertibilité du yuan La Chine ne se soumettra à aucune pression étrangère concernant la réforme du taux de change du yuan, a déclaré lundi 16 mai le Premier ministre chinois Wen Jiabao. «Le taux de change du renminbi («monnaie du peuple», autre nom du yuan) relève de la souveraineté de la Chine. Nous suivons les règles de l’économie de marché, mais nous ne nous soumettrons jamais à aucune pression extérieure», a déclaré Wen Jiabao. Le chef du gouvernement chinois a ajouté que «la politisation d’une question économique n’aidait pas à lui trouver une solution». Le Congrès américain a menacé d’imposer des droits de douane punitifs à la Chine si Pékin ne libéralise dans les six mois le taux de change de sa monnaie, dont le faible niveau est accusé de procurer un avantage compétitif indû aux produits chinois aux Etats-Unis. Le yuan est lié au dollar par un taux de change quasifixe d’environ 8,28 pour un billet vert depuis le resserrement de sa marge de fluctuation en 1997, à la suite de la crise financière asiatique. Le gouvernement chinois déclare vouloir rendre à terme le yuan pleinement convertible, alors qu’il ne l’est pas actuellement pour les comptes en capitaux. Mais la fragilité du système bancaire et la crainte d’être exposé à des mouvements de capitaux spéculatifs retardent l’adoption d’une telle réforme. Les responsables chinois veulent également que la valeur de la monnaie chinoise soit déterminée par l’offre et la demande, mais refusent pour cela de s’engager sur un calendrier. Pékin a démenti la semaine dernière des rumeurs persistantes selon lesquelles le taux de change du yuan serait modifié mercredi, à l’occasion d’un élargissement du marché des changes chinois visant à permettre davantage de transactions entre devises.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc