×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le Canada, réservoir de recrutement pour le réseau Al Qaida

    Par L'Economiste | Edition N°:2022 Le 17/05/2005 | Partager

    . Les recrues appréciées pour leur connaissance de l’OccidentLE Canada est devenu un réservoir de recrutement pour le réseau terroriste Al Qaida, selon un rapport du SCRS, le Service canadien de renseignement et de sécurité, cité dans le quotidien Toronto Star. “Les recrues sont hautement appréciées par les groupes terroristes en raison de leur connaissance de l’Occident et leur facilité à évoluer dans les sociétés occidentales” peut-on lire dans le journal daté de samedi, qui cite des extraits d’un document des services secrets canadiens fédéraux, obtenu grâce à la loi d’accès à l’information. Les aspirants terroristes seraient notamment recrutés sur les terrains de jeu de simulation de guerre, où des équipes de soldats amateurs peuvent se tirer dessus avec des balles dont l’impact produit une tâche de peinture sur l’adversaire. Selon le document du SCRS, il existe une perception selon laquelle l’Occident attaque l’islam, ce qui “choque le monde musulman et alimente la sympathie envers les prises de position radicales”. La ferveur des nouveaux convertis aidant, cette situation alimente l’extrémisme. Le journal ne mentionne néanmoins ni dates, ni estimation chiffrée du “réservoir”. Le rapport affirme que le réseau Al Qaida et ses groupes affiliés posent “une menace directe au Canada et aux intérêts canadiens”. Un certain nombre de Canadiens ont déjà été arrêtés lors d’attentats terroristes importants depuis quelques années, notamment les frères Jabarah, originaires du sud de la province de l’Ontario. Abdul Rahman Jabarah a été tué en 2003 en Arabie saoudite lors d’un affrontement avec les forces de sécurité. Quant à son frère Jamal Akkal, il a plaidé coupable en novembre dernier en Israël, face à des accusations de complicité d’assassinat des représentants israéliens en Amérique du Nord. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc