×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La bataille des logiciels “fait tout”

Par L'Economiste | Edition N°:1598 Le 10/09/2003 | Partager

. Le marché marocain des ERP est partagé entre une dizaine de fournisseursLes ERP (Entreprises Ressources Planning) sont désormais au cœur de la bataille informatique. Ces progiciels de gestion intégrée, également appelés “logiciel fait tout”, investissent de plus en plus les entreprises marocaines. Et les fournisseurs ne manquent pas. Jean claude Fouché, ex-DG d'IBM (entre 1997 et 2000) et actuel PDG d'une société de conseil en informatique, estime à une dizaine les différents produits ERP présents au Maroc. “Sur le marché international, ils sont plus de 20 ERP implantées dans des milliers d'entreprises de toutes sortes. Mais le marché national en compte une dizaine. Ce qui n'est pas sans attiser la concurrence”, explique Jean Claude Fouché. Et les plus grands sont également les premiers à avoir investi le marché marocain. Il s'agit notamment de SAP, une grande structure fondée par des anciens d'IBM. Cette dernière s'est installée au Maroc en 2002. Elle a tout de suite misé sur de gros marchés comme la Lydec, l'ONE et CMH. “Nous avons eu une très bonne année 2002, dans laquelle on a eu plus de 50% du marché nord africain”, affirme Mounir Beltaifa, DG de SAP North Africa. En 2003 la tendance s'est plus que confirmée. Et pour preuve, le dernier marché que cette société vient de décrocher: le ministère des Finances et de la Privatisation. Il faut dire que l'enjeu est de taille. En effet, les marchés qui durent entre 6 et 18 mois sont plus que rentables, et l'exemple de l'ONEP qui a investi 133 millions de dirhams dans la refonte de son système informatique en constitue la preuve. Pour sa part, Microsoft compte également investir ce marché juteux grâce à l'acquisition de Navision, une société danoise rachetée le 11 juillet 2002 et intégrée à Microsoft Afrique du Nord en juillet 2003. Navision est en fait un produit ERP destiné aux PME/PMI.“Nous ne comptons pas concurrencer SAP et les autres grands fournisseurs comme Oracle et PeopleSoft, notre produit vise le marché des PME/PMI”, affirme Nabil Medkouri, directeur marketing du groupe. Reste que si Navision n'investit pas les “grands marchés”, SAP quant à elle, est bien introduite dans les PME/PMI. “Nos produits sont destinés à toutes sortes d'entreprises, les petites au même titre que les grandes”, rétorque Mounir Beltaifa. En tout cas, entre l'excellent positionnement de SAP et l'arsenal médiatique de Microsoft, la bataille s'annonce d'ores et déjà animée.Pour rappel, les ERP sont une solution informatique intégrée. Ils constituent un amalgame d'applications associées à la logistique, à la production, à la distribution, à la gestion des commandes et des contrats…. Ces systèmes sont des progiciels sur mesure, spécifiques à une activité, à un métier. En d'autres termes, il s'agit d'une fonction qui permet de réglementer l'organisation de l'entreprise. Cependant, l'implantation d'un tel système exige très souvent une refonte de l'organisation et des processus de l'entité, ce qui peut coûter “très cher”.


Limites

Les ERP représentent, certes, la solution, “voire le rêve” d'un système informatique qui traite tout dans une entité donnée et ce, d'une manière globale et intégrée; ils n'en demeurent pas moins risqués et limités en tant que systèmes. A titre d'exemple, un système qui accepte une commande prend aussi le risque de ne pas être payé; la refuser en revanche, entraînerait probablement la perte du client. C'est justement pour éviter cela, qu'il y a eu l'apparition d'applications décisionnelles disposant d'interfaces graphiques et personnalisées, qui “permettent d'accéder grâce aux statistiques sur la clientèle, à l'analyse des données opérationnelles. Ces systèmes auront toujours besoin de nouvelles fonctionnalités, un peu comme tous les systèmes informatiques”, tempère Larbi Mhammedi, consultant en informatique. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc