×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Italie-Maroc: Des crédits pour soutenir le flux des affaires

Par L'Economiste | Edition N°:520 Le 02/06/1999 | Partager

· Une enveloppe de 500 milliards de Lires sera octroyée au Maroc
· Les hommes d'affaires italiens revenus pour investir
· Des griefs: Justice, bureaucratie...


Ils sont venus, ils sont tous là! L'année dernière, à la même époque, il s'agissait d'hommes d'affaires de la région de Rome. Cette fois-ci, cette délégation vient de la Lazzio, la sixième région la plus industrialisée d'Italie. Composée d'une vingtaine de personnes, la délégation a retrouvé ses homologues marocains, le mardi 1er juin au siège de la Banque Commerciale du Maroc, en présence de MM. Luigi Sanna, directeur de l'ICE et Liborio Stellino, conseiller économique de l'Ambassade d'Italie au Maroc.
«C'est une nouvelle équipe qui revient avec des objectifs plus ciblés», déclare M. Stellino. Le travail est effectué de part et d'autre afin d'intensifier les rapports économiques déjà existants. L'objectif du conseiller économique de l'Ambassade est d'instaurer des rapports organiques et réguliers entre l'Italie et le Maroc. Le conseiller économique avance aussi quelques sommes considérables qui entrent dans le domaine de la coopération italo-marocaine. «Une ligne de crédits de 30 milliards de lires sera accordée en septembre en faveur des PME marocaines», annonce-t-il, en souhaitant que la BCM fasse partie des banques qui seront amenées à la gérer. Il signale également qu'une autre enveloppe plus importante, de 230 milliards de Lires, sera attribuée au gouvernement marocain pour des projets tels que la Rocade méditerranéenne, l'électrification rurale, l'introduction de l'eau potable...
Et ce n'est pas tout! L'Italie adhère aussi au programme d'annulation de la dette publique marocaine et la première tranche, souligne M. Stellino, porte sur 100 millions de Dollars. «En somme, précise-t-il, l'Italie accordera au Maroc un montant supérieur à 500 milliards de Lires, et se placera ainsi comme deuxième bailleur de fonds du Royaume, derrière la France».
Pour M. Luigi Sanna, la seconde visite d'une mission d'hommes d'affaires démontre tout l'intérêt porté aux potentialités du pays.
«Les possibilités de multiplier les partenariats sont offertes aux Marocains», fait-il observer. Toutefois, les rapports doivent être basés sur une confiance mutuelle et empreints de transparence.
M. Sanna, dont la mission est de faciliter les rapports commerciaux entre les deux parties, se plaint de la lenteur de la Justice. Il faudrait, dit-il, que les investissements soient «sécurisés» et que les bénéfices réalisés par les Italiens puissent facilement sortir du pays». M. Sanna n'a pas hésité dans son discours à dénoncer aussi la paresse de la bureaucratie, qui n'encourage pas l'investisseur étranger. En ce qui concerne les banques, le directeur général de l'ICE reconnaît l'effort qui a été fourni pour baisser «le coût de l'argent», même s'il n'est pas assez suffisant pour être attractif. La comparaison est faite avec la Tunisie qui compte 400 entreprises italiennes sur son territoire et la Roumanie, qui, elle, en dénombre 3.500.

Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc