×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Infrastructure économique: La commission entame ses travaux

Par L'Economiste | Edition N°:520 Le 02/06/1999 | Partager

· Cinq secteurs sont représentés
· La commission dresse l'état des lieux: Peut mieux faire !


C'est en présence de M. Bouamour Taghouane, ministre de l'Equipement et son homologue au Plan, M. Abdelhamid Aouad, que la Commission chargée de l'infrastructure économique a entamé hier ses travaux à Rabat et ce, dans le cadre de la préparation du Plan quinquennal 1999-2003.
Plusieurs personnalités dont des chefs de département et des professionnels ont participé à cette première réunion qui s'est caractérisée par une présentation des programmes d'action des cinq groupes que compte la Commission. Il s'agit des secteurs de l'équipement, du transport, de l'énergie et des mines, des postes et technologies d'information et communication. Ces groupes devront finaliser leurs programmes avant début juillet pour les présenter dans la séance de synthèse. Mais en attendant, des réunions de travail sont programmées. La prochaine devra se tenir mercredi prochain.
Les différents intervenants ont insisté sur l'importance que revêt la Commission. "D'abord, elle va permettre de mettre en place une stratégie nationale en matière d'infrastructure économique.
Ensuite, elle devra assurer une coordination des propositions émanant de l'ensemble des secteurs concernés", a souligné M. Aouad.
La mise en place d'une stratégie cohérente dans ce domaine est importante d'autant plus que le secteur n'est pas assez développé. A l'origine, de multiples contraintes.
Ainsi par exemple, dans le secteur des équipements par exemple, les niveaux de réalisation sont faibles. Concernant la desserte en eau potable des populations rurales, seulement 37% de Marocains y ont accès, alors que 65% de Tunisiens, 26% d'Egyptiens, et 100% de Roumains disposent d'une eau potable. De même, 57% des localités sont totalement enclavées ou ont un accès difficile.
Sur la base de ces indicateurs défavorables, le dernier rapport du PNUD place le Maroc dans une position peu enviable à l'échelle du développement humain (125ème position).
Face à cette situation, quels sont les remèdes?
Pour le Ministère de l'Equipement, il s'agit de mettre en place une véritable stratégie de développement. Les objectifs sont nombreux. Dans le secteur routier et autoroutier, par exemple, les priorités sont communes. Il s'agit d'améliorer le réseau routier d'un point par an, de moderniser le patrimoine, de désenclaver la totalité du monde rural et de mettre à niveau les infrastructures routières de la zone Nord (projet de la Rocade méditerranéenne). Le même souci de modernisation est observé dans le secteur de l'eau potable. L'objectif est d'augmenter le taux de branchement individuel en milieu urbain de 25 à 92% en 2003 et améliorer le rendement de la production et de transport de l'eau potable de 67% actuellement à environ 78% en 2003.
Pour réaliser ces objectifs, un plan d'action a été élaboré par le Ministère de l'Equipement. Dans le secteur routier, le plan consiste en un renforcement et revêtement de 3.250 km par an et l'élargissement de 600 autres.
En matière de l'hydraulique, il s'agit d'achever les barrages déjà lancés (Complexe Dchar El Oued, Aït Messaoud et Aït Hammou) et de réaliser de grands barrages sur la période du plan.
Le secteur portuaire n'est pas en reste. En effet, des projets de construction de nouveaux ports et de la maintenance de ceux déjà existants sont programmés. Pour réaliser ces objectifs, un ensemble de mesures d'accompagnement a été élaboré. Elles concernent notamment l'amélioration du financement routier et autoroutier, la mise en place des dispositifs réglementaires et organisationnels prévus par la loi sur l'eau et l'organisation de l'activité portuaire.

Adil BOUKHIMA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc