×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Irak : Les USA dans l'impasse

Par L'Economiste | Edition N°:1618 Le 08/10/2003 | Partager

. L'ONU rechigne à envoyer une aide internationale Une attaque au mortier a visé hier mardi le ministère des Affaires étrangères à Bagdad, enfonçant davantage le pays dans le chaos. Les attaques contre les institutions gouvernementales sont devenues récurrentes et témoignent de l'ampleur de la déchirure entre la population et les forces américaines. Les USA sont dans l'impasse. Ils n'arrivent pas à fédérer le monde sur leur projet d'aide internationale supplémentaire pour maintenir la sécurité. Le deuxième round des consultations du Conseil de sécurité des Nations unies sur le projet de résolution visant à accroître l'aide de la communauté internationale à la stabilisation et la reconstruction de l'Irak s'est achevé lundi 6 octobre “sans conclusion”. L'ambassadeur des Etats-Unis John Negroponte, s'adressant aux journalistes après quelques trois heures de discussions à huis clos, a déclaré que “les consultations ont été détaillées mais sont restées sans conclusion”.Negroponte, sans fixer d'échéance précise, a cependant indiqué que les Etats-Unis souhaiteraient que cette résolution puisse être adoptée avant la conférence organisée les 23 et 24 octobre à Madrid pour lever des fonds destinés à la reconstruction de l'Irak.L'ambassadeur de France, Jean-Marc de La Sablière, a pour sa part souligné qu'il “n'y avait pas eu de négociations, juste un intéressant échange de vues”. Gunter Pleuger, le représentant allemand, a laissé entendre qu'il espérait que les Etats-Unis allaient présenter un nouveau projet révisé au Conseil de sécurité. Kofi Annan, dont l'avis a un grand poids notamment auprès des dix membres non permanents du Conseil de sécurité, a fait savoir jeudi dernier qu'il estimait que les limites fixées par le projet américain au rôle de l'ONU ne valaient pas de risquer la vie du personnel onusien.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc