×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Investissements britanniques: «Le Maghreb ne bénéficie pas de l’attention qu’il mérite» 

Par L'Economiste | Edition N°:1657 Le 08/12/2003 | Partager

. Le Maroc connaît l’expansion la plus rapide des exportations. Le partenariat fonctionne mais il faut en faire davantageLes Britanniques ne se sont pas contentés de tenir salon, la semaine dernière à Casablanca. Ils tentent aussi de prospecter les pistes pour dynamiser les relations commerciales entre les deux pays. Haydon Warreng-Gash, ambassadeur de la Grande-Bretagne au Maroc, invité le 4 décembre par le Rotary Casablanca Nord, s’est interrogé sur l’intérêt des investisseurs britanniques pour le Royaume. Selon lui, le Maroc, ainsi que le Maghreb ne bénéficie pas de l’attention que les opérateurs anglais devraient lui porter. Pourtant, la Grande-Bretagne est le troisième investisseur au Maroc même si “elle a trop longtemps hésité à s’engager résolument dans le Maghreb, considéré comme chasse gardée de la France”, indique le diplomate. Les opportunités sont pourtant “foisonnantes” et les performances commerciales fort encourageantes. Elles sont à ce titre qualifiées d’exploit: les échanges commerciaux avec le Maroc ont en effet triplé au cours de la dernière décennie et se sont établis à 12,8 milliards de dirhams en 2002. Mais cela n’empêche pas les Anglais de considérer que ce niveau est nettement inférieur aux possibilités qui se présentent. Les initiatives de promotion et de dynamisation des échanges se multiplient ces derniers mois, notamment grâce aux visites respectives de hautes personnalités des deux bords et à la création, depuis 2000, du Conseil d’affaires maroco-britannique. Les craintes liées aux menaces terroristes ne se sont pas totalement dissipées. Pour Warren-Gash, “il est nécessaire de faire preuve de fermeté face au terrorisme. Ces terribles événements soulignent l’importance de la coopération internationale pour combattre le terrorisme et la Grande-Bretagne se félicite des mesures policières et juridiques mises en place par le Maroc dans ce sens”. La politique de sécurité est très importante aux yeux des Anglais. Ce qui rend les efforts à déployer encore plus importants afin de développer la coopération économique. Cela ne devrait toutefois pas intensifier les inquiétudes puisque les appréciations sur le pays sont positives. Pour ce diplomate, “le Maroc a montré son engagement pour un marché libre, une économie libérale et une participation à part entière de tous les citoyens de la société. Je constate avec satisfaction que les femmes constituent 10% des députés au Parlement”. La réforme de la Moudawana est un élément supplémentaire qui atteste de l’ avancée du processus démocratique et de la modernisation de la société. Il s’agit toutefois d’adopter des méthodes de travail, dans le monde des affaires, qui correspondent aux habitudes et desiderata des décideurs britanniques”. Le monde des affaires nécessite plus de transparence et de visibilité, sinon il devient nerveux quand la lourdeur bureaucratique pèse sur les transactions commerciales”. La volonté politique existe de part et d’autre. Restent à présent les initiatives concrètes qui ne pourront émaner que du secteur privé. Avec les grands chantiers du Maroc, elles devraient probablement suivre une tendance à la hausse. Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc