×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Groupes pétroliers: La manne se tarit

Par L'Economiste | Edition N°:2737 Le 18/03/2008 | Partager

. Nationalisme, concurrence, pétrole cher pèsent sur les réserves des majors . Total, ExxonMobil, ConocoPhilips et Chevron particulièrement touchés. La concurrence chinoise en Afrique est très importantePlusieurs grandes compagnies pétrolières internationales ne sont pas parvenues en 2007 à renouveler leurs réserves, en raison notamment du nationalisme de certains Etats, des prix élevés du pétrole et de nouveaux concurrents asiatiques.Le taux de renouvellement des réserves prouvées de Total a chuté en 2007 à 23%, comme ceux des américains ExxonMobil (76%), ConocoPhilips (29%) et Chevron (entre 10 et 15%). Seul le britannique BP a annoncé un taux de 130%. Shell a annoncé lundi 17 mars un taux de 109%, mais hors cessions-acquisitions. Inférieurs à 100%, ces taux signifient que les compagnies pétrolières n’ont pu acquérir ou développer autant de volumes de pétrole qu’elles en ont produit l’année précédente.«Les réserves mondiales ne sont plus renouvelées depuis le milieu des années 1980. Mais le phénomène est nouveau pour les grandes compagnies internationales», souligne Yves Mathieu, de l’Institut français du pétrole.Un des facteurs est le nationalisme de certains Etats riches en pétrole ou en gaz, comme le Venezuela et la Russie, très soucieux de garder la mainmise sur leur sous-sol, explique Mathieu.L’expropriation de l’américain ConocoPhillips au Venezuela en juin 2007 lui a fait perdre 1,09 milliard de barils de réserves, et fait chuter son taux de renouvellement de 159% à 29%. Le départ d’ExxonMobil de l’Orénoque a fait baisser son taux de renouvellement de 107% à 76%. La flambée des prix du pétrole a aussi pesé sur les réserves.Plus le prix du brut augmente, plus le nombre de barils que la compagnie comptabilise en réserves ou en production dans son contrat de partage de production baisse, expliquent Total et Chevron. Cet effet prix a représenté un manque à gagner de 24% dans le taux de renouvellement de Total. Il a fait baisser les réserves de Chevron de 30%. Toutefois, avec un pétrole cher, «l’exploitation des gisements difficiles devient rentable», nuance Pierre Terzian, de l’hebdomadaire Petrostrategies.Mais «les délais de mise en production d’une découverte s’allongent», différant d’autant l’enregistrement des réserves, ajoute Mathieu. Ces retards sont liés au fait que les groupes pétroliers vont chercher l’or noir de plus en plus loin, dans des conditions techniques difficiles, qui génèrent des pénuries en matériel et en hommes. «Des compagnies qui ont un permis d’exploration sous les pieds peuvent attendre 2 ans pour un appareil de forage», selonTerzian. Les projets sont aussi retardés par des pays qui cherchent à «obtenir une part du gâteau», comme le gouvernement kazakh qui va augmenter sa part dans l’exploitation du champ pétrolier de Kashagan.Les majors sont également concurrencées par de nouvelles compagnies. «La concurrence chinoise en Afrique est très importante. Les Chinois cherchent des matières premières à l’échelle mondiale pour nourrir leur croissance», rappelle Mathieu. La définition des réserves, homologuées par le gendarme boursier américain, la Securities and exchange commission, est en outre «très restrictive» et pourrait bientôt changer, souligne Terzian.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc