×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Produite plus de lait pour répondre à la demande

Par L'Economiste | Edition N°:2737 Le 18/03/2008 | Partager

. L’Allemagne, l’Autriche et la France contre un relèvement des quotasL’UE s’apprêtait hier à décider un relèvement de ses quotas de production de lait pour faire face à la hausse de la demande et des prix du beurre ou du fromage, malgré l’opposition de plusieurs pays qui s’inquiètent des conséquences pour la profession. «Il y a quelques Etats membres qui continuent à avoir des problèmes (avec cette hausse), mais je pense que nous aurons une majorité qualifiée pour cette décision», a déclaré le ministre slovène de l’Agriculture, Iztok Jarc, avant une réunion à Bruxelles avec ses collègues européens. Il s’agit de relever les quotas de 2% pour la campagne laitière 2008 débutant en avril. La Commission, à l’origine de la proposition, y voit une première étape dans un processus qui doit conduire l’Europe à mettre définitivement fin d’ici 2015 au système des quotas, mis en place en 1984. A l’époque, il s’agissait de lutter contre les excédents qui donnaient le jour à des «montagnes» de beurre invendu dans l’UE. La mesure, même si elle est pour l’instant limitée à une année, amorce donc potentiellement une rupture historique dans la politique agricole commune qui a consisté à limiter la production. Le contexte mondial a changé, avec une explosion des prix agricoles et alimentaires, conséquence notamment d’une demande en forte hausse des pays émergents comme l’Inde ou la Chine. Les quotas doivent augmenter «car nous avons une hausse de la demande pour le lait frais en Europe, mais surtout, et c’est à mon avis plus important, parce que de nouveaux marchés s’ouvrent en Asie», a fait valoir hier la commissaire européenne à l’Agriculture, Mariann Fischer Boel. L’Allemagne et l’Autriche veulent voter contre le relèvement des quotas, et la France s’abstenir. Ces trois pays comptent publier à l’occasion de la réunion une déclaration soulignant leur inquiétude pour l’avenir de l’industrie laitière.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc